Mathématice, intégration des Tice dans l'enseignement des mathématiques  
Sommaire > Au coeur de MathemaTICE > Sur la laïcité et les valeurs de la République

Sur la laïcité et les valeurs de la République
Moteur de recherche
Mis en ligne le 27 octobre 2020, par Matthieu Brabant

N.D.L.R. Écrit à l’occasion de l’assassinat de Samuel Paty, cet article de Matthieu Brabant aborde des sujets qui ne sont pas habituels dans MathémaTICE. Nous espérons que les collègues pourront y puiser inspiration et ressources, y compris en mathématiques, pour faire face aux événements dès la rentrée du 2 novembre. Le comité de rédaction de la revue est prêt à échanger avec celles et ceux qui le souhaiteraient.

L’assassinat odieux de notre collègue Samuel Paty le 16 octobre 2020 a remis en avant les questions de la laïcité et des valeurs de la République dans l’Éducation Nationale. La laïcité, au même titre que la démocratie, fait partie des principes pour lesquels nous nous devons de lutter. C’est d’ailleurs toujours dans les périodes de bouleversements économiques, sociaux et politiques qu’elle est le plus en danger. Périodiquement, elle se voit mise à mal par tous ceux qui attaquent le lieu où se vivent les premiers rapports sociaux : l’école laïque.
Les dangers se cachent de moins en moins : conservatisme, intégrisme, fanatisme, cléricalisme, individualisme. Les agressions se multiplient pouvant mener aux atrocités que l’on connaît.

Les enseignantes et enseignants de mathématiques sont bien entendu concernés, comme l’ensemble des personnels de l’Éducation Nationale. Elles et ils participeront d’ailleurs aux initiatives du 2 novembre 2020 suivant les préconisations émises par le ministère (les informations sur Eduscol). Nous vous signalons, pour lundi, ces trois ressources :
- Et lundi ? Un temps pour tout
- Et lundi ? Des ressources pour construire le dialogue
- Et lundi ? La minute de silence

Dans cette brève, nous vous proposerons quelques ressources qui pourront vous être utile. Nous avons fait une large place aux Pédagogies Coopératives, dont la pédagogie Freinet, car elles travaillent à la prise de conscience que le choix d’une pratique éducative est un choix politique déterminant pour les enfants, citoyennes et citoyens de demain. En œuvrant pour que la laïcité s’inscrive dans les consciences en la faisant vivre aux enfants, au quotidien, dans les classes.

- Laïcité à l’école sur Eduscol

- Laïcité à l’école : les textes de référence

- Vadémécum "Agir contre le racisme et l’antisémitisme" :

Agir contre le racisme et l’antisémitisme

- Vadémécum "La laïcité à l’école" :

La laïcité à l’école

- La formation des enseignants à la laïcité est une priorité par Jean-Louis Bianco dans les Cahiers Pédagogiques.

- Laïcité XXIe siècle par Jacques Georges dans les Cahiers Pédagogiques.

- Mathématiques et valeurs de la République (extrait du séminaire des doyens des IGEN, avril 2015) :

Mathématiques et valeurs de la République

- L’enseignement des SVT à l’épreuve du principe de laïcité : Enjeux scientifiques, didactiques, éducatifs.

- Outils de la coopération :


notes

[1Une classe coopérative se caractérise en effet par un certain nombre de valeurs :

  • la solidarité (la coopération institue une solidarité consciente qui met en jeu la responsabilité de chacun et la volonté de concourir au bien commun. Apprendre à vivre ensemble, c’est coopérer et participer à la réalisation d’objectifs et de projets communs. On peut dire « co-fabriquer » avec les autres en solidarité : adultes et enfants.) ;
  • la fraternité (c’est bien devant la difficulté, lorsqu’il est nécessaire de s’entraider que se créée une fraternité humaine : reconnaître l’autre comme un autre moi, l’empathie, cela dépasse la simple admission de son existence, c’est apprécier l’existence et la présence des autres à ses côtés, voir ses différences et similitudes, les accepter pour s’enrichir ou se différencier, c’est pouvoir un jour se réjouir et profiter positivement des différences entre les êtres, en jouissant de la complémentarité qu’elles offrent. Accepter l’autre tel qu’il est et non tel que l’on voudrait qu’il soit, ne plus en avoir peur pour s’accepter soi-même.) ;
  • la responsabilité (le projet coopératif est l’objet d’un choix collectif réfléchi et lucide. Former un citoyen engagé, apte à s’exprimer, à agir avec les autres et à prendre des responsabilités, au sein des collectivités où il vit, où il travaille. « Nous préparons, non plus des écoliers dociles, mais des hommes qui connaissent et assument leurs responsabilités, décidés à s’organiser dans le milieu où le sort les a placés, des hommes qui relèvent la tête, regardent en face les choses et les individus, des hommes et des citoyens qui sauront bâtir demain le monde nouveau de liberté, d’efficience et de paix. » (Célestin Freinet))
  • développer un climat de confiance qui assure la sécurité, développe l’estime de soi, une attitude de l’adulte qui encourage et respecte les droits, la dignité, la différence et les capacités de chacun.
  • L’école coopérative c’est une école transformée politiquement, où les enfants qui n’étaient rien sont devenus quelque chose, c’est l’école passée de la monarchie absolue à la république et où les enfants, livrés en certains domaines à leur initiative, apprennent le jeu de nos institutions et s’exercent à la pratique de la liberté et de la responsabilité.
  • L’école coopérative c’est enfin l’école où l’instruction n’est pas le but exclusif, mais celle où l’on vise surtout à former par une pratique particulière facilitée, l’être pensant, qui sait écouter la voix de la raison, l’être moral, conscient et responsable, l’être social plus attaché à l’accomplissement de ses devoirs qu’à la revendication de ses droits.
Réagir à cet article
Vous souhaitez compléter cet article pour un numéro futur, réagir à son contenu, demander des précisions à l'auteur ou au comité de rédaction...
À lire aussi ici
MathémaTICE est un projet
en collaboration avec
Suivre la vie du site Flux RSS 2.0  |  Espace de rédaction  |  Nous contacter  |  Site réalisé avec: SPIP  |  N° ISSN 2109-9197