Mathématice, intégration des Tice dans l'enseignement des mathématiques  
Sommaire > N° 9 - Mars 2008 > Le dossier du numéro > Réflexion lors du conseil d’enseignement

Réflexion lors du conseil d’enseignement
Moteur de recherche
Mis en ligne le 30 mars 2008, par Philippe Pham-Ba-Niên

Réflexion sur la préparation de l’épreuve pratique au lycée lors du conseil d’enseignement de la rentrée.

Lors du conseil d’enseignement de la rentrée 2007, afin de se préparer au mieux à cette future épreuve pratique, plusieurs points furent abordés :
- le choix des logiciels informatiques ;
- les objectifs TICE à atteindre ;
- la conséquence sur la progression en TS.

Le choix des logiciels informatiques

L’expérience de certains de nos collègues nous ont permis de déterminer assez rapidement quels logiciels utiliser ; les critères de choix reposant sur les principes suivants :

- Un logiciel n’est qu’un outil au même titre que la règle et le compas.
Inutile de se borner à n’en utiliser qu’un seul ; mieux vaut choisir le logiciel le plus adéquat pour la tâche demandée.

Par exemple, dans le cas d’une étude de suite définie par récurrence (étude de sa limite éventuelle ou de ses variations en fonction du premier terme) ou d’un exercice de géométrie faisant intervenir les nombres complexes, il est peut-être plus simple d’utiliser d’autres logiciels que GeoGebra.

En effet, l’objectif est d’obtenir le résultat voulu, cela sans prouesse technique qui serait difficile à mémoriser ni perte de temps qui nuirait à une épreuve en temps limitée.

Actuellement, pour la construction d’une suite définie par récurrence, il faut tout construire avec GeoGebra (courbe, points, segments) ; il est plus intéressant d’utiliser un tableur (en faisant attention à la formule à utiliser) ou un logiciel tel qu’Edugraphe

Exemple : suite définie par $u_0=0$ et $u_{n+1}=u_n+2n-11$ représentée avec Edugraphe ; juste quatre champs à renseigner.
Edugraphe

- Priorité aux logiciels conviviaux.
Un logiciel à prise en main facile et assez rapide évite des séances d’apprentissages lourdes et des rappels. Ce besoin de ne pas perdre du temps n’est pas à négliger dans nos classes scientifiques.
Par ailleurs, les logiciels doivent alors avoir un mode d’utilisation similaire, ce qui est le cas pour une majorité de ceux de géométrie du plan et les tableurs.

- Utilisation non restreinte au lycée.
Un élève doit pouvoir travailler chez lui. Cela implique l’usage de logiciels pouvant être installés en toute légalité, de préférence quelque soit le système d’exploitation (windows, linux, mac), ou l’existence de logiciels semblables (utiliser Excel au lycée et travailler chez soi avec OpenOffice.org Calc est très envisageable).

En conclusion, nous utiliserons :
- pour le tableur : Excel ou OpenOffice.org Calc ;
- pour la géométrie plane et le tracé de courbes : essentiellement GeoGebra. Utiliser principalement un logiciel permet d’aider plus facilement nos collègues peu à l’aise et de mutualiser nos documents. À terme, chacun pourra utiliser le logiciel de son choix, tant que ce dernier répond aux critères cités ci-dessus.

En ce qui concerne la géométrie dans l’espace et le calcul formel, nous attendrons plus tard avant de nous décider.

Les objectifs TICE

Il est évident que l’objectif n’est pas de former des experts d’un ou de plusieurs logiciels.
Un usage simple et minimal doit suffire (pas de création de macros ou de commandes complexes et peu naturelles, connaissance de quelques commandes-tableur seulement).

L’apprentissage se fera essentiellement en seconde, seule année où le programme n’est pas trop lourd : usage traditionnel du tableur et des logiciels de géométrie et de tracé de courbes.
L’année de 1S servira à faire quelques compléments : utilisation des logiciels pour les suites numériques, la dérivation, les probabilités... L’usage du calcul formel et de la programmation peut être envisageable.

Lors du compte rendu, il a été précisé que pour mener à bien ces modestes objectifs, qu’une heure de quinzaine en groupes (même en classe de Seconde) nous paraît absolument nécessaire [1] !

La progression en TS

Une conséquence non négligeable est la nécessité d’adapter cette progression en fonction de la date de l’épreuve et des logiciels utilisés.

Pour l’année 2008, il a fallu penser à une progression commune qui permettrait à nos élèves
- d’avoir de la pratique dans l’usage du tableur et de(s) logiciel(s) de géométrie du plan et de tracé de courbes ;
- de bien connaître certains chapitres du cours dont l’usage des TICE est plus fréquent.

Pour cela, il serait bien que les chapitres sur les complexes, l’exponentielle, les suites et les probabilités soient abordés avant le début du troisième trimestre.


notes

[1Hélas, aucune heure supplémentaire ne sera obtenue, ce qui a rendu très difficile le maintien de cette fréquence d’utilisation, cela de la seconde à la terminale...

Réagir à cet article
Vous souhaitez compléter cet article pour un numéro futur, réagir à son contenu, demander des précisions à l'auteur ou au comité de rédaction...
À lire aussi ici
MathémaTICE est un projet
en collaboration avec
Suivre la vie du site Flux RSS 2.0  |  Espace de rédaction  |  Nous contacter  |  Site réalisé avec: SPIP  |  N° ISSN 2109-9197