Mathématice, intégration des Tice dans l'enseignement des mathématiques  
Sommaire > N°21 - Septembre 2010 > Invitation au voyage en "Sesamathie".

Invitation au voyage en "Sesamathie".
Moteur de recherche
Mis en ligne le 6 septembre 2010, par Clément BERT-ERBOUL

Depuis deux ans, un charmant jeune homme, discret et attentif, participe aux réunions de Sesamath. Il fréquente aussi les très nombreuses listes de discussion de l’association, dont il analyse les échanges et les interactions. Clément Bert-Erboul, étudiant en sociologie, a choisi Sesamath comme thème de Master. Il vient de soutenir son Master 2, préparé sous la direction de François Horn et Bernard Convert. Dans l’article qui suit il présente les problématiques, les démarches et les résultats de son travail, qui est téléchargeable ici.

Clément poursuivra sa recherche au cours d’une thèse dont le sujet élargi comprendra Sesamath comme composante essentielle. Gérard Kuntz

Figure 1 La Sesamathie : le site Sesamath (en rouge) et son réseau d’inter-citations sur Internet (en trois clics) (en 2010). Commentaires en pages 19-20

Ces lignes ne visent pas à donner de réponses sur les activités participatives en ligne, mais explicitent les questions contenues dans mon travail de mémoire. Que disons-nous quand on affirme que le travail collaboratif « c’est bien » et que les logiciels libres « c’est l’avenir » ? Ces « vérités » me sont souvent répétées par mon postier ou par des personnes croisées dans le train. Les idées sous-jacentes de ces affirmations communes sont l’activité productive sans contrainte hiérarchique et la propriété collective des outils de connaissances. Ces deux principes forts font briller dans les yeux de ceux qui les énoncent, les aspirations d’égalité et de liberté au travail. Notre société reste cependant massivement hiérarchisée. La propriété individuelle est jalousement protégée par un droit de plus en plus complexe. La matière grise est un enjeu géostratégique de domination des gouvernements et des entreprises. Le travail salarié comprend de nombreuses variantes permettant un emploi de la force de travail plus ou moins flexible. Pourquoi, alors les idées et les pratiques du « Libre » sont-elles si présentes dans l’esprit d’un postier ou d’un étudiant ? Les contributeurs aux projets Sésamath semblent avoir concrétisé l’utopie d’un travail volontaire et décentralisé. On peut se demander pourquoi. Comment des enseignants de mathématiques ont-ils pris le modèle social et économique du logiciel libre pour rénover les pratiques de leur profession, et rompre ainsi avec la logique du marché scolaire ?

Les conceptions de la propriété et du travail en commun proposé par l’utilisation de licence libre nourrirent un paradoxe vis-à-vis des théories classiques des organisations. Le travail collectif semble "efficace" sans être directement subordonné, ni rémunéré. Quatre questions sociologiques sont utiles pour comprendre ce paradoxe :

  • La question de l’engagement cherche à comprendre pourquoi les individus contribuent à un effort collectif en l’absence de sanctions hiérarchiques et de rétributions explicites.
  • La question de la coordination reconstitue la trame des échanges entre individus, dispersés dans les sphères domestiques et professionnelles.
  • La question du maintien de l’activité du groupe permet d’expliquer l’afflux de contributions dans la durée.
  • La question macro-politique étudie les controverses se reflétant dans l’apparition d’une technique professionnelle.

Pour éclaircir ces questions, j’ai suivi pendant deux ans les membres de l’association Sesamath au cours de leurs réunions et dans leurs échanges numériques quotidiens. Les échantillons de discussions et la mise en forme des réseaux relationnels sous forme de graphes, permettent d’avoir une vision synthétique et dynamique des activités des membres de l’association. Le phénomène contributif n’est pas un long fleuve tranquille ! Il n’est pas linéaire, mais suit une logique en « ricochet ». Chaque rebond s’appuie sur les sauts (technique, didactique, organisationnel) réalisés par les projets précédents et par l’accumulation de ressources (humaines, financières, pédagogiques, symboliques).

Différents éléments extérieurs catalysent la montée en puissance de l’afflux de participations aux projets. La réussite professionnelle et commerciale des contenus encourage la poursuite de l’investissement individuel. L’évolution hiérarchique des principes de l’organisation guide les contributeurs. La complexité croissante des contenus oblige les participants à fonctionner sur un principe de communauté d’expérience [1] pour continuer à progresser (Figure 2).


Figure 2 Réseau d’échanges sur une liste de diffusion entre contributeurs au projet du manuel Sésamath (janvier 2009). Page 89

Les limites d’une dynamique de contribution croissante sont en creux dans les éléments expliquant sa croissance. La rénovation d’un projet ayant du succès nécessite des décisions économiques et politiques ne faisant pas toujours l’unanimité chez les participants. Les équipes de contributeur et de responsables se fatiguent et se lassent d’un projet très formaté et aspirent à une plus grande liberté d’action. La trop grande spécialisation des individus contribue à créer des zones de pouvoir informel bloquant le processus productif et collaboratif. L’invasion de la vie domestique par l’activité participative oblige certains contributeurs revoir les limites de leur investissement individuel.

Les courts détails présentés de la dynamique éditoriale contributive montrent la complexité des usages et des pratiques des licences libres. D’une part, les gens sont libres de participer et leur action est valorisante. L’investissement dans l’association a un goût exaltant d’aventure et de subversion. L’engagement des individus est encouragé par :

  • L’autoconsommation des contenus et la valorisation de compétences sur le marché du travail,
  • La défense de valeurs professionnelles tant techniques que morales
  • L’influence charismatique, l’insertion dans une activité collective et la circulation des compétences

D’autre part, les dynamiques productives portent en germe leurs propres limites. Le maintien d’une activité individuelle dans un environnement informationnel sans cesse alimenté étourdit le contributeur, même le plus acharné. Jusqu’à présent, les solutions trouvées pour conserver l’unité des contenus et réguler les efforts communs reposent dans la complémentarité de logiques éditoriales avec le salariat, la hiérarchie, la propriété des marques et une activité économique de services.

Au final, Sésamath est un phénomène social riche, concentrant bon nombre de problématiques sociétales en lien avec l’utilisation des technologies de l’Internet. L’objectif de mon travail est de faire ressortir certains faits de la brume numérique dans laquelle évolue le collectif en ligne et de comprendre ses implications quotidiennes.

Clément BERT-ERBOUL

Mots clés : Licences libres, Internet, association, sociologie, économie.

Annexe : table des matières du mémoire

- Table des matières. 3

- Remerciements. 6

- Résumé. 7

- Introduction. 8

I. Sésamath un collectif numérique et une association de « loisir professionnel » et politique. 11

A. Sésamath comme collectif numérique typique. 11

  • 1. Les échanges numériques 11
  • 2. Le « cas » des licences libres 13

B. Sésamath une association para-professionnelle 15

  • 1. Histoire et expansion de Sésamath.. 16
    • i. Historique. 16
    • ii. La dimension internationale et l’exemple suisse. 22
  • 2.Des foules numériques aux publics numériques. 25
    • i. Une lecture quantitative 25
    • ii. Des pistes d’interprétation qualitatives 28

C. L’insertion de Sésamath dans le marché scolaire, grâce aux propriétés des contenus mathématiques. 29

  • 1.Le marché de l’édition scolaire. 29
  • 2. L’insertion de Sésamath dans le marché scolaire. 31
  • 3.La relation entre mathématiques et licences libres 33
    • i. L’héritage des contes et légendes antiques. 34
    • Encadré Hippase de Métaponte. 34
    • ii. Les mathématiques une discipline aux contenus « libérables » 36

D. L’association comme interface entre les enseignants et les politiques publiques. 38

  • 1.Les politiques de numérisation du service public. 38
  • 2.Les politiques de décentralisation et les relations avec les Conseils Généraux. 40
  • 3.La notion de service public dans l’action de Sésamath.. 43
    • i. La situation de l’enseignant 45

E. Sésamath une association productive. 49

  • 1.Un modèle économique basé sur une stratégie donnant-donnant générant des polémiques maitrisées. 50
  • 2.Une équation de la propriété complexe. 56
  • 3.La mise en place d’un circuit économique 61

Conclusion de la première partie. 67

II. Les projets. 68

A. Les trois dynamiques éditoriales des projets : mutualiste, collaborative et personnelle. 69

  • 1.Le mode mutualiste et l’articulation des productions 69
  • 2.Le mode collaboratif et le processus de production.. 72
    • i. Processus de production 73
    • ii. L’évolution du projet du manuel 79
  • 3.Le mode personnel et le « nécessaire » travail solitaire. 93
    • i. L’imbrication des projets et l’intégration du mode personnel. 93
    • ii. Les dynamiques solitaires 94

B. L’énergie des projets à partir d’une typologie des réseaux au sein des listes de diffusions. 97

  • 1. Réseau concentré. 98
  • 2. Réseau restreint. 101
  • 3. Réseau collaboratif 104

Conclusion de la deuxième partie. 106

Conclusion générale. 107

Annexes méthodologiques. 111

A. Description des observations. 112

  • 1. Situation d’observation 112
  • 2.Les types de rencontres. 112
  • 3. Entretiens non directifs. 113
  • 4. Protocole et conséquence d’une démarche négociée et participative. 113
  • 5.Suivi quotidien des listes de diffusions. 115

B. Protocole d’analyse quantitative et qualitative des listes de diffusions. 116

  • 1. Modalité de recueil de données. 118
  • 2. Modalité de synthétisation de l’information 119
    • i. Construction des listes politiques/projets 120
    • ii. Tests de corrélations 121

C. Protocole d’analyse relationnelle quantitative et qualitative. 126

  • 1. Repère pour l’interprétation des données utilisées. 126
  • 2.Les programmes d’extraction et de mise en forme des données. 128
    • i. Éléments de lecture des graphes. 128
    • ii. Le programme SAS d’extraction des données. 130
    • iii. Programme SAS de mise en forme des données. 133
  • 3. Construction du réseau de sites 137
    • i. Eléments de lecture de la représentation graphiques des sites 137
    • ii. Programme de mise en forme des données pajek. 137

Bibliographie. 141

  • 1 Ouvrages et articles en sciences sociales. 141
  • 2 Ecrits académiques et rapports. 144

Tables des illustrations. 145


notes

[1Gensollen M. Biens informationnels et communautés médiatées. Revue d’économie politique, Dalloz, 2003 n°113, pages 9-40.

Réagir à cet article
Vous souhaitez compléter cet article pour un numéro futur, réagir à son contenu, demander des précisions à l'auteur ou au comité de rédaction...
À lire aussi ici
MathémaTICE est un projet
en collaboration avec
Suivre la vie du site Flux RSS 2.0  |  Espace de rédaction  |  Nous contacter  |  Site réalisé avec: SPIP  |  N° ISSN 2109-9197