Mathématice, intégration des Tice dans l'enseignement des mathématiques  
Sommaire > N°30 - Mai 2012 > Regards croisés sur LaboMEP

Regards croisés sur LaboMEP
Moteur de recherche
Mis en ligne le 14 avril 2012, par Gérard Kuntz

Un appel à contribution auprès des usagers de LaboMEP et déjà les témoignages affluent de divers horizons :

  • Des Ecoles, des Collèges, des Lycées et des Lycées Professionnels de la France métropolitaine
  • De Dubaï et d’Hanoï
  • Des Emirats Arabes Unis et du Maroc
  • De La Réunion et de la Belgique
  • De l’hôpital des enfants
  • etc.

Certains envois sont précis, détaillés et de grande envergure, d’autres se contentent d’évoquer quelques pistes et de souligner l’enthousiasme des parents, des élèves et des enseignants.

Voici ces témoignages d’utilisation de LaboMEP, qui semble promis à un bel avenir. Nous espérons que nos lecteurs franchiront le pas et testeront eux aussi ce très bel outil avec leurs classes.

D’autres articles suivront, pourvu que de nouveaux usagers de LaboMEP nous fassent part de leurs découvertes à l’adresse mathematice@sesamath.net.

gkuntz@sesamath.net

Enregistrer au format PDF
BMP - 1.5 Mo
http://www.labomep.net/identification/

M. RENOUF Stéphane, Collège Font de FILLOL à SIX FOURS Stephane.Renouf@ac-nice.fr

1°) Voici mon bilan personnel avec LaboMEP, qui se décline en cinq utilisations quotidiennes ou hebdomadaires :

  • En classe avec un vidéoprojecteur  : utilisation d’animations pour illustrer des notions ou compléter le cours. Les élèves sont attirés par l’image et par la nouveauté.
  •   A la maison  : les élèves ont pour chaque séance de cours une séance LaboMEP préparée avec des rappels de cours, des exercices corrigés, mais avec aussi des questions auxquelles ils doivent répondre ou des figures géométriques (GeoGebra) à réaliser. J’accède à leurs réponses et à leurs constructions par le bilan de séance. L’intérêt est de rendre encore plus interactif l’interface et un réel échange avec les élèves. Le fait de leur rappeler qu’ils ont une séance LaboMEP disponible le soir même, a une influence sur leurs connexions. Les élèves utilisant régulièrement LaboMEP à la maison ou au CDI ont amélioré leurs résultats.
  • En demi-groupe en salle informatique, niveau 6ème  : je prépare des séances, soit de calcul mental, soit de constructions. Le fait de créer des séances de calcul mental permet de ne pas privilégier les élèves purement « auditifs ». Les séances avec utilisation de GeoGebra permettent de réconcilier les élèves en difficultés avec la géométrie. 
  • En classe avec un élève handicapé (dysphasique + dyspraxique) : les difficultés pour écrire et tracer des figures étant trop importantes, le travail sur ordinateur s’est imposé, et la mise en réseau de son ordinateur portable a permis d’utiliser LaboMEP. Du coup, il travaille sur les mêmes notions que ses camarades. La possibilité de refaire à l’infini les exercices l’aide beaucoup. Je créée des séances LaboMEP pour l’évaluer en tenant compte de son handicap. 
  • En PPRE  : des séances adaptées et personnalisées aux besoins de l’élève. De plus le bilan avec le score des élèves, item par item, et la progression sont joints à son dossier PPRE. Les progrès réalisés et les compétences à retravailler, éventuellement à la maison, y apparaissent.

Les élèves ont vu l’intérêt de ce nouvel outil. Le fait de pouvoir réviser, d’avoir accès, à des séances personnelles, de poser des questions, tout cela leur plait énormément. Les séances de calcul mental sont appréciées, car cela permet de réactiver très rapidement les tables et les techniques opératoires. Les élèves sont motivés, car ils voient que le travail et la répétition permettent d’acquérir de meilleurs résultats. 

Les soucis rencontrés par les élèves :

  • le manque de temps à la maison pour se connecter à leur ENT et accéder à LaboMEP ;
  • parfois des soucis de connexion au serveur (à vérifier).

Les parents apprécient ce nouvel outil à la disposition de leurs enfants, le seul bémol étant qu’ils n’y ont pas accès depuis leur propre ENT.

 2°) Bilan au Collège

Depuis ma demande de mise en service de LaboMEP, 4 professeurs sur 5 l’utilisent régulièrement, et la moitié d’entre eux personnalisent leurs séances. Le professeur documentaliste du Collège a été mis à contribution puisqu’il dirige les élèves vers leur ENT et LaboMEP lors de la pause méridienne.


BMP - 840.1 ko
TEP est inséré dans LaboMEP
TEP et GeoGebra sont insérés dans LaboMEP

Bruno Bourgine, LP Frederic Mistral, Marseille ,Groupe IREM Lycée professionnel bruno.bourgine@gmail.com

Je suis professeur en Lycée professionnel. Je vous livre mon témoignage sur l’utilisation que je fais de LaboMEP.

J’utilise LaboMEP avec :

  • des classes de CAP (maintenance automobile) dans le cadre des cours de mathématiques « classiques » ;
  • des classes de première Bac Pro (tertiaire) dans le cadre de cours de soutien (en accompagnement personnalisé).

Avec mes classes de CAP j’ai essayé plusieurs situations de travail :

  1. utilisation d’exercices afin de consolider les capacités travaillées durant les activités et les leçons collectives ;
  2. utilisation comme activité de découverte, ou du moins de rappel de capacités vues au Collège (le programme de CAP reprend de nombreux points du Collège) ;
  3. évaluation en fin de séquence ;

Dans le premier cas, le travail avec LaboMEP dure de 20 à 30 minutes. J’ai pu constater que les élèves sont plus autonomes lorsque je leur présente sommairement les exercices en faisant le lien avec les notions vues durant la séquence

J’ai utilisé LaboMEP en ouverture de séquences de géométrie, d’une part pour palier le problème récurrent de l’absence de matériel, d’autre part pour améliorer l’attractivité d’un domaine de connaissances qui est généralement peu motivant pour les élèves. Les séances dans ce cas ont duré plus de 30 minutes, allant parfois jusqu’à la séance entière.

J’ai utilisé LaboMEP afin d’évaluer une séquence de statistiques, sur une durée de 30 minutes environ. Je n’ai pas réitéré l’expérience depuis, même si je me sers de LaboMEP pour mettre des notes pour certaines séances, j’évalue les progrès réalisés et choisis de mettre en valeur les élèves méritants.

Je n’ai pas encore assez de recul pour évaluer l’efficacité de LaboMEP à faire progresser mes élèves, mais il y a cependant deux aspects qui en font un outil dont j’aurais du mal désormais à me passer :

  • L’attractivité pour les élèves de ce type d’outil et la facilité accrue à les faire travailler. J’ai pu ainsi mettre au travail et valoriser certains élèves en grande difficulté scolaire et/ou comportementale. Bien sûr il s’agit d’un effet que l’on retrouve bien souvent dès qu’on met les élèves face à un ordinateur. L’interactivité joue un rôle non négligeable dans cet attrait, le fait d’avoir la réponse immédiatement sans être « jugé » par un professeur met l’élève dans une situation plus confortable, qui le libère d’un certain a priori.
  • La gestion des exercices et surtout des résultats des élèves, qui permet de cerner plus rapidement les difficultés des uns et des autres.

En heures de soutien avec les Premières Bac , je prépare les séances en fonction des chapitres vus par les élèves avec leur professeurs respectifs. Ces séances permettent de vérifier les acquis antérieurs (de Seconde ou de Collège) afin de les préparer ou de remédier à certaines difficultés. Là encore la vision précise des résultats permet aux élèves de se situer précisément par rapport aux attentes du programmes.

En ce qui concerne la conception des ressources, je suis très intéressé par la possibilité d’intégrer des fichiers GeoGebra , mais je n’ai pas encore eu l’occasion de le faire réellement. C’est un point que je travaillerai plus en détail l’an prochain. L’avantage indéniable que je vois est la possibilité d’évaluer rapidement les constructions des élèves sans avoir de fastidieux travaux de récupération, d’ouverture et de lecture de 20 ou 30 fichiers.

Pour ce qui est de l’utilisation des cahiers numériques Sésamath je n’ai pas eu l’idée de les employer en complément de LaboMEP. Un collègue m’a récemment fait part de l’idée de les utiliser en introduction de séances afin d’améliorer la gestion de l’hétérogénéité et de vérifier le niveau d’autonomie des élèves.

Afin de préciser le cadre matériel, je dois dire qu’en ce qui concerne ma classe de Seconde CAP, les cours se déroule une fois sur deux dans une salle équipée de postes informatiques. Pour la classe de Terminale CAP, je travaille sensiblement dans les même conditions. De plus j’ai souvent la possibilité d’utiliser une classe mobile.

Pour l’heure de soutien avec les premières, je dois jongler entre les salles et il m’est arrivé plus d’une fois de faire une séance collective avec un seul poste et un vidéoprojecteur.

Pour conclure, l’usage de LaboMEP me paraît tout à fait adapté pour les élèves de CAP, la difficulté étant de choisir les ressources. Pour cela, le groupe IREM dont je fait partie a commencé à répertorier tous les exercices disponibles et à les classer selon les capacités du programme de CAP. L’objectif est de terminer ce travail pour la fin de l’année. Pour ce qui est du soutien avec les classes de Première, les ressources sont plus limitées (pour l’instant) mais elle permettent de redonner confiance aux élèves les plus fragiles.


BMP - 438.4 ko
Ressources LaboMEP pour la Seconde

Agnès MARTINON, professeur de mathématiques au Collège Fénelon de Béziers (34), utilisatrice de LaboMEP depuis 2 ans. pmartino@club-internet.fr

  • J’utilise LaboMEP pour le travail à la maison :

Je donne des devoirs maison réguliers via LaboMEP. Les élèves ont en général une semaine pour le faire, ceci permet aux jeunes qui n’ont pas Internet chez eux de le faire au CDI. Les élèves aiment travailler sur l’ordinateur. Cela permet de varier les exercices : entrainement, remédiation... En classe, on n’a pas toujours le temps de revenir longuement sur des notions acquises les années précédentes. LaboMEP est un excellent outil pour vérifier les pré-requis et permettre aux élèves de se ré-approprier d’anciens apprentissages. Dans les programmes du Collège, les élèves doivent maitriser l’utilisation de géométriseurs. Les séances créées avec GeoGebra leur permettent d’utiliser cet outil, en classe, en salle informatique, ou à la maison, sans qu’aucun logiciel supplémentaire soit installé. Je programme GeoGebra en enlevant certains boutons. Par exemple, en 6eme, quand je veux vérifier qu’ils connaissent et savent utiliser la médiatrice d’un segment, j’enlève le bouton « médiatrice », et je peux voir comment les élèves l’ont construite. En salle informatique, il est parfois difficile de vérifier une à une toutes les construction. LaboMEP permet de voir les construction de chaque élève.

  • LaboMEP pour différencier le travail des élèves :

LaboMEP est un outil qui permet un travail différencié. Dans une classe, les élèves ne progressent pas tous de la même façon. Certains ont plus de difficultés en géométrie, d’autres dans le domaine numérique. En remédiation, LaboMEP permet un travail individualisé. De façon naturelle, les élèves commencent par travailler ce avec quoi ils se sentent le plus à l’aise, et pas forcément là où ils ont le plus de difficultés. En remédiation, il m’arrive souvent de programmer de deux à quatre exercices, les élèves ne pouvant accéder à l’exercice suivant que lorsqu’il réussissent à 70% au moins. De cette façon, ils sont obligés de travailler les notions les moins bien comprises, celles où ils ont le plus de difficultés. Le dernier exercice est toujours le plus ludique : la récompense d’avoir fait un effort pour progresser.

LaboMEP permet de revenir sur les acquis, de préparer un travail pour toute la classe tout en tenant compte des particularités de chacun.

  • En équipe disciplinaire sur LaboMEP :

Au Collège, nous sommes quatre professeurs de mathématiques, nous travaillons le plus possible ensemble : progression commune dans tous les niveaux, rencontres régulières, projets de contrôles communs... LaboMEP est là aussi un outil qui facilite le t ravailler ensemble , qui permet de proposer aux élèves un même exercice ou une même activité.

Les exercices enregistrés dans mes ressources  sont utilisables par les collègues. J’ai construit, par exemple, une activité préparatoire au chapitre du cosinus en 4ème. Conjecturer, dans le triangle rectangle, l’égalité des rapports en lien avec un angle aigu. Mes collègues ont utilisé cette même ressource pour leurs élèves. En contre partie, un collègue a imaginé un exercice, à l’aide de GeoGebra, pour construire le symétrique d’une figure par rapport à une droite, en 6ème J’ai pu l’utiliser pour mes élèves. Nous utilisons aussi LaboMEP en créant des groupes de travail. Je peux construire des séances de remédiation pour les élèves qui viennent dans ce groupe de travail, y compris pour les élèves que je n’ai pas en classe. Il n’est pas besoin d’affecter un groupe à un professeur, et de changer cette affectation au cours de l’année si besoin est.

Ainsi, chaque professeur de l’établissement peut proposer une séance de travail à tout élève du Collège .

  • Créer des ressources dans LaboMEP :

Puiser dans les nombreuses ressources de qualité disponibles, simplifie singulièrement la tâche. Créer ses propres ressources enrichit encore les possibilités de travail. Elles permettent un travail différent. Mes ressources sont de plusieurs types :

    • Des questions de cours  : les élèves savent que seule la première réponse sera prise en compte. Cela me permet de vérifier, par exemple s’ils ont appris leur leçon. C’est une sorte d’interrogation écrite.
    • Du calcul mental  : revoir les tables de multiplications en 6ème leur paraît quelque chose de déjà fait, inutile. Un test de calcul mental sur LaboMEP les met en compétition, l’émulation est créée. Les tables sont révisées.
    • Utilisation des géométriseurs  :
      • en 4ème, une activité de découverte du cosinus ; un angle donné est construit. Les élèves construisent le triangle rectangle, et les parallèles, pour conjecturer la propriété du cosinus
      • en 6ème : découverte de GeoGebra et son utilisation
      • en 6ème : tracer sur GeoGebra un cube en perspective cavalière
    • Utilisation du tableur de GeoGebra pour des calculs de statistiques, savoir modifier une feuille de calcul...
    • Page Internet  : sur un site personnel, je peux enregistrer des documents et les élèves peuvent les télécharger sans aller sur ce site. Par exemple : en 4eme pendant les vacances d’hiver, les élèves ont trouvé un sujet d’examen blanc, avec son corrigé

Je trouve très intéressant d’utiliser LaboMEP dans mon enseignement :

    • Utilisation d’un logiciel de géométrie dynamique, avec uniquement les boutons qui ont été programmés (en 6ème, ils peuvent par exemple tracer la médiatrice d’un segment, sans utiliser le bouton médiatrice ).
    • Activités préparatoires à un chapitre : cela évite de monopoliser la salle informatique tout une heure pour seulement 15 ou 20 minutes d’utilisation. La fin de la conjecture se fait au vidéoprojecteur en classe, mais toute la classe a expérimenté auparavant.
    • Vérification des acquis liés aux TICE : utilisation du logiciel de géométrie dynamique, capacité de modifier une feuille de calculs (entre autres).

Comment mes élèves perçoivent-ils cet outil ?

  • Ils aiment beaucoup travailler sur LaboMEP. Ils redemandent des séances quand ils n’y sont pas allés pendant quelque temps. Ils demandent aussi des exercices, de type brevet blanc , avec leurs corrigés pour un travail personnel
  • C’est un outil ludique, ils disent eux-mêmes qu’ils n’ont pas l’impression de travailler en allant sur LaboMEP
  • C’est un outil facile d’utilisation pour les élèves
    - Un émulateur : les élèves refont les exercices interactifs, pour arriver enfin au meilleur résultat. Cela stimule leur façon de travailler

Comment les parents perçoivent-ils cet outil ?

  • Aucune remontée critique des parents : j’en conclus donc qu’ils apprécient aussi cet outil. Certains parents apprécient aussi les exercices interactifs qui peuvent être faits en autonomie, au rythme des jeunes. Ils sont aussi demandeurs pour les révisions de contrôles, comme pour le brevet blanc, par exemple. Je crois qu’un outil comme LaboMEP rassure les parents : l’interactivité des exercices permet tout de suite de savoir si l’exercice est juste ou faux, et dans la correction, il y a aussi des rappels de cours et de méthode . Cela facilite l’aide aux devoirs qu’ils apportent à leurs enfants.

Laurent Marsan, Lycée Alexandre Yersin de Hanoi Vietnam. lau.marsan@gmail.com

Voici quelques lignes sur ma pratique de LaboMEP en 4ème/3ème au Lycée Alexandre Yersin de Hanoi, Vietnam, en réponse à certaines des questions posées dans l’enquête.

Comment utilisez-vous LaboMEP pour le travail en classe, à la maison ?

J’utilise LaboMEP de deux façons :

  • lors de certaines heures d’Informatique, pour conjecturer des propriétés que nous aborderont ensuite, pour consolider une notion ou bien pour approfondir un sujet
  • en remédiation individuelle, suite à une évaluation

Comment utilisez-vous LaboMEP pour différencier le travail des élèves ?

Après une évaluation, je donne parfois du travail personnalisé sur LaboMEP. Pour ce faire, je crée une séance pour chacun des thèmes abordés lors de l’évaluation. Puis, sur chaque copie rendue, je donne une ou plusieurs séances à effectuer en fonction des résultats obtenus.

L’année dernière, il m’est arrivé de proposer un système de rattrapage de la note de l’évaluation en fonction du travail fourni sur LaboMEP.

Comment utilisez-vous LaboMEP avec d’autres outils comme Sacoche par exemple ?

Malheureusement, il n’existe pas encore de connexion possible entre Sacoche et LaboMEP. Mes remédiations SACoche pointent donc vers des exercices Mathenpoche, mais je regrette de ne pouvoir suivre le travail effectué par mes élèves.

Comment vos élèves perçoivent-ils l’utilisation de cet outil ?

Les élèves semblent parfois passer beaucoup de temps sur LaboMEP. En salle informatique, je peux constater de visu qu’ils prennent souvent le temps de lire les explications et le cours de façon attentive quand ils ont fait une erreur.

Un très grand merci pour cet outil génial .


BMP - 1.2 Mo
Des fonctionnalités de LaboMEP

Vincent ROBERT, Lycée Louis Pasteur d’Avignon (84), vincent.robert@lpasteur.org , http://www.bibliomaths.fr/

J’enseigne en 2nde, en première STG et en classe préparatoire au concours IFSI.

Pendant plusieurs années j’ai géré le parc informatique de mon Lycée et j’ai également formé mes collègues à l’utilisation des outils de travail collaboratif.

Aujourd’hui, déchargé de cette gestion technique, je peux me consacrer à mes enseignements et j’intègre des TICE pas uniquement parce que le programme l’exige, mais parce que cela permet de changer les habitudes des élèves, de diversifier le travail et les modalités d’évaluation, tout en réalisant certaines activités ingérables en classe.

En 2nde, j’utilise essentiellement LaboMEP, qui pour l’instant ne dispose malheureusement que de peu de chapitres de ce niveau. Mais on peut faire des d’activités du niveau de 3ème.

N’ayant pas accès aux salles informatiques - en dépit de nombreuses demandes argumentés - , les élèves travaillent sur cet outil dans le cadre des DM, parfois en préparant les exercices avant de faire le cours (ça les surprend, mais c’est efficace), parfois en accompagnement du cours et souvent en clôture de chapitre. Ils peuvent refaire 4 fois chaque exercice, et la note (*) est obtenue par la meilleure évaluation.

En 1ère STG, LaboMEP ne m’est d’aucun secours et j’utilise Google Document pour concevoir des formulaires (QCM ou réponses libres) qu’ils font en DM.

On peut même réaliser des DM uniques pour chaque élève sans que ni la préparation, ni la correction ne soient chronophages.

Enfin, en classe préparatoire au concours IFSI j’utilise un site Internet peu connu : sanslivre.com. Très utilisé dans certains pays, ce site permet de réaliser un travail intensif en calcul numérique, et l’interface dédiée aux enseignants permet d’affecter très rapidement des tests à une classe, et même de concevoir ses propres tests.

Bonne continuation à toutes les équipes de Sésamath

(*) il manque d’ailleurs une option pour obtenir une note chiffrée et non des carrés de couleurs ...


Eric Dostal, Lycée Français International AFLEC de Dubaï, Emirats Arabes Unis eric.dostal@lfidb.net

Tout d’abord, merci pour LaboMEP qui m’est très utile dans ma pratique pédagogique.

Suite à une demande, nous disposons d’un créneau d’une heure hebdomadaire en salle informatique pour chaque classe du Lycée (6ème à Seconde).

Cette salle étant pourvue de suffisamment de postes informatiques, nous permet de placer un élève par poste. Chaque séance en salle informatique permet d’utiliser diverses ressources dont LaboMEP fait partie.

e n’utilise sans doute pas LaboMEP avec toutes ses possibilités, mais son utilisation résulte de la réflexion suivante "En quoi cela va-t-il aider les élèves ?".

Plusieurs points sont maintenant confirmés en ce milieu d’année (je suis un nouvel utilisateur de LaboMEP) :

1) Les élèves aiment faire des "séances LaboMEP" préparées avec vos bases d’exercices. Dans ma pratique pédagogique, j’utilise toutes les ressources possibles pour faire "aimer les maths". Ce point, qui peut paraitre anodin pour certain, est pour moi essentiel ; un élève ne peut progresser dans quelque matière que ce soit que si il trouve du plaisir dans l’apprentissage de cette matière.

2) Au cours d’une "séance LaboMEP", je peux passer plus de temps avec un élève en difficulté sur une notion, car pendant ce temps, les autres élèves avancent dans leur travail.

3) Dès le début de l’année, j’ai incité mes élèves, qui possèdent tous Internet chez eux (ce point est important, car je ne voulais pas faire de discrimination), à se connecter en dehors des heures de cours pour poursuivre ou revoir les séances faites ensemble. Et cela fonctionne, comme je peux le vérifier chaque semaine. Je tiens à préciser qu’il n’y a rien d’obligatoire dans cette démarche et que cela vient en complément du travail personnel que je donne.

4) Le fait pour les élèves, leurs parents et moi-même, de pouvoir consulter le travail effectué est un atout important. Les parents sont très sensibles à cela dans notre Lycée.

5) Le point précédent me permet de faire après chaque "séance LaboMEP", un bilan et d’adapter mes séquences pédagogiques si besoin est. De plus, je crée des séances personnelles pour travailler des notions précises (par exemple : en classe de Sixième, je n’ai que quelques élèves qui ne connaissent pas encore parfaitement leurs tables de multiplication).

6) Le dernier point, plus spécifique aux Lycées français à l’étranger, est que nous avons beaucoup d’élèves non francophones. Le fait d’être connecté à Internet en même temps que d’effectuer la "séance LaboMEP" permet, en utilisant un dictionnaire en ligne (parfois un traducteur), d’aider les élèves à comprendre les consignes. Souvent c’est la barrière de la langue qui bloque les élèves.


Jacques Ferrandi jferrandi@gmail.com

Utilisateur de MEP, puis de LaboMEP depuis plusieurs années, voici un témoignage sur l’usage de cet outil au quotidien. Remerciant en préambule l’ensemble des contributions de mes collègues et l’équipe de Sésamath pour cet outil de travail.

Voici la manière dont j’utilise l’ensemble des ressources de Sésamath au cours de l’étude d’un chapitre en mathématiques au Collège.
Nous somme pour cela équipés de la façon suivante :

Chaque élève possède :

  • un manuel Sésamath qui reste à la maison et n’est jamais transporté (cartable allégé, durée de vie prolongée)
  • un cahier Sésamath qu’il transporte
  • un cahier de cours et d’exercices petit format

Chaque professeur a, à sa disposition :

  • 1 salle multimédia équipée de 30 PC et d’un vidéoprojecteur : 1h par quinzaine pour chaque classe en mathématiques (+ accès sur réservation éventuellement)
  • 1 salle de cours avec TBI

Chaque notion est introduite sur TBI avec les animations de MEP (Sésamath) dont les liens sont insérés dans le cahier de texte numérique afin que les élèves et les parents puissent s’y référer en l’abscence de cahier de cours correctement tenu.

Vient le temps de la maîtrise des notions à travers les exercices du cahier Sésamath, sa version numérique permettant d’accélérer la correction interactive sur TBI (voir la correction ultra rapide avec les corrections ou animations de Sesaprof).

Durant cette phase, la différenciation apparaît vite, car certains élèves vont avancer très rapidement alors que d’autres doivent être accompagnés pas à pas.

La correction recentre le débat autour des différentes méthodes ou techniques de résolutions employées par les élèves. L’analyse critique de la correction de Sesaprof apportant une réflexion experte.

Les devoirs sont alors différenciés afin que certains rattrapent les exercices non faits en classe, pendant que d’autres terminent la ou les pages entamées.

Le lien dans le cahier de texte vers le chapitre des cahiers Sésamath et vers les animations utilisés en cours permet aux élèves et aux parents d’avoir les références et les exercices imprimables des exercices.

En parallèle et dés le début de l’étude d’un nouveau chapitre, un menu LaboMEP est ouvert aux élèves pendant une semaine afin d’appréhender la notion à travers cet outil, certaines animations d’aide sont insérées en préambule des exercices interactifs afin de clarifier les attentes. Certains menus comprennent des séances GeoGebra (pour l’instant il s’agit de constructions menant à des conjectures). Les menus sont dans un ordre imposé avec des pourcentages de réussite imposés de 60% à 100% qui ouvrent l’accès au suivant.Une séance d’une heure tous les quinze jours en salle multimédia permet de relancer les élèves et appelle l’entraide et la reformulation par des camarade ou le professeur. Certains élèves travaille au CDI ou en salle multimédia entre 13 et 14h, mais la plupart font les exercices à la maison.
Un deuxième, voire un troisième ou un quatrième menu font suite au 1er avec un délai d’une semaine pour avancer au maximum.

Chaque menu donne droit à une note formative à bas coefficient qui apparaît sur leur relevé à la fin de la semaine d’ouverture de chaque menu

Il arrive que certains élèves ou parents demandent la réouverture d’un menu en vue de le terminer et d’améliorer une de leur notes.

Les bugs ou problèmes de compréhension sont résolus par mail à travers l’ENT du Collège ou durant les récréations sur le TBI.

Il est très fréquent que les élèves demandent de nouveaux menus afin d’approfondir les notions, ils sont alors créés en fonction de leur besoin.

De même, certains élèves en difficultés ont des menus adaptés reprenant souvent les notions de plusieurs années auparavant.

Le manuel ou les cours (de 6ème) sont utilisés à travers le TBI, ils sont épurés, reformulés, et les exemples souvent modifiés, tout ceci se faisant en interactivité avec les élèves et permettant de créer ensemble une trace écrite des notions abordées dans l’heure ou les heures précédentes. Ce cours est ajouté au cahier de texte en cas d’absence de certains élèves, avec un lien vers le chapitre correspondant dans MEP.

Les parents sont des partenaires dans l’usage de cet outils, il ne sont plus les correcteurs des exercices, le logiciel s’en charge. Certains accompagnent en reformulant, en lisant simplement les énoncés sans rien négliger, d’autres encore ne font qu’exiger que l’enfant arrive au bout de chaque menu.

Pour les parents qui ne comprennent pas les notions abordées, cette dernière approche leur permet d’avoir une exigence de production auprès de leur enfant. TOUS sont enthousiasmé par l’outil et le travail fourni par leur enfant sur celui-ci.

En conclusion, ces outils sont d’une GRANDE UTILITE. Ils facilitent l’appréhension des notions, la différenciation des parcours, la multiplicité des supports dans la pratiques des mathématiques. Ils permettent à chaque élève d’avancer, de faire et refaire des mathématiques. S’ils creusent l’écart entre les élèves, ils permettent à TOUS de progresser.

J’en rêvais, Sésamath l’a fait. Merci !!!


BMP - 753 ko
Calcul mental dans LaboMEP

Melchior Damien, professeur à l’I.N.D.B.E. de Braine-le-Comte, Belgique dam.melchior@swing.be

Je donne un cours de mathématiques orienté au niveau des classes de 5ème et 6ème (élèves de 17/18 ans) de la section Agent d’éducation dans une école secondaire en Belgique francophone

Je dispose d’un local informatique pour tous mes cours.

Il y a 7 ans, j’ai créé mon propre fascicule de cours inspiré entre autre de vos livres Mathenpoche et puis j’ai découvert LaboMEP que j’utilise régulièrement dans mes classes. Suite à cette découverte j’ai mis dans le fascicule un logo pour Mathenpoche et un autre pour LaboMEP, à chaque fois que je fais référence à l’un ou l’autre.

Comment utilisez-vous LaboMEP pour le travail en classe, à la maison ?

  • En classe : les élèves font les séances portant sur la théorie, ensuite on fait la synthèse que l’ on compare avec le contenu du fascicule. Enfin, on entame les séances d’exercices soit en entraînement soit en test.
  • A la maison : pour certaines parties du cours, les élèves travaillent en auto-apprentissage selon un calendrier défini, ou font simplement un travail préparatoire pour le cours suivant.

Comment utilisez-vous LaboMEP pour différencier le travail au niveau des élèves ?

Je crée des séances qui vont du plus simple (notions de base à maîtriser selon les directives officielles) au plus complexe, surtout au niveau des exercices

Comment utilisez-vous LaboMEP si vous êtes francophone, mais en dehors du système d’enseignement français ?

Comme le programme (Belgique francophone) est fort proche du vôtre, pour la conception des séances, il n’y a pas de problème et ce qui est génial, c’est de pouvoir intégrer des ressources telles que GeoGebra ou des liens vers d’autres sites.

Si vous créez des ressources dans LaboMEP (calcul mental, GeoGebra...), comment procédez-vous ?

En géométrie, j’utilise GeoGebra pour les exercices et dans Ressources je mets des liens vers d’autres sites dans lesquels on trouve la possibilité de faire travailler les élèves « en ligne » ainsi que de les interroger avec une trace de leurs évaluations tout comme comme dans LaboMEP. Un exemple : Gomaths (Suisse) pour le calcul mental.

Quels avantages en tirez-vous ?

Les élèves avancent à leur propre rythme et ceux qui vont très vite peuvent se mettre à la disposition des plus lents ou approfondir les matières.

Comment vos élèves perçoivent-ils l’utilisation de cet outil ?

Au début certains élèves agissent comme s’ils étaient devant une console de jeu, c’est la rapidité qui compte, d’autres n’ont pas conscience d’être en apprentissage, mais après quelques séances et les premières évaluations, les uns comme les autres changent leur tactique.

Pour tous, l’utilisation de LaboMEP les change des cours trop souvent magistraux


Voici maintenant une série de réponses plus brèves, mais non dénuées d’intérêt.

Stéphanie Plutniak, Collège d’Hersin-Coupigny (REP) dans le 62 plouplousteph@aol.com

Toujours un plaisir de travailler sur LaboMEP...

  • Outil très pratique, avec lequel les élèves se retrouvent.
  • Entre exercices différenciés en classe, exercices à faire à la maison, devoir en temps libre, préparation aux contrôles....beaucoup d’utilité et une facilité de prise en main.
  • Les élèves comme les professeurs adorent.

Nelly Abintou, Collège d’Arsac (33) jmabintou@yahoo.fr

Je suis professeur au Collège d’Arsac en Gironde. J’utilise essentiellement LaboMEP pour mes PPRE avec des 6èmes.

En effet, chaque professeur désigne 5 à 6 élèves de sa classe qui ont besoin d’un travail individualisé pour combler certaines lacunes, à raison d’une heure par semaine en maths.

Je prépare chez moi la séance de la semaine à venir, en sélectionnant dans ressources une série d’exercices pour chaque élève (parfois plusieurs élèves ont les mêmes exercices), je l’enregistre. Puis, au Collège, j’emmène les élèves concernés en salle info, chacun sur un ordinateur. Chacun ouvre LaboMEP avec ses identifiants, et commence la séance programmée, à son rythme. Les élèves peuvent aussi continuer chez eux, s’ils le souhaitent.

Ensuite, je peux consulter le "bilan" de la séance", voir le degré de réussite de chacun, et le temps passé sur chaque type d’exercice. Je remets à chaque élève (et aux parents) une feuille où je fais un bilan /synthèse des compétences travaillées et des progrès (ou pas) observés.

Nous sommes plusieurs collègues de maths à fonctionner ainsi au Collège d’Arsac, et LaboMEP nous est bien utile.


BMP - 887.3 ko
Les pages externes de LaboMEP : ici WIMS

Emilie OGIER ( Emilie.Demare@ac-lyon.fr

Je suis professeur de mathématiques en 5ème, 4ème, et 3ème cette année et je me sers de LaboMEP dans ces 3 niveaux.

Pour les 5èmes, nous l’utilisons en classe, souvent en fin de chapitre, en différenciant les exercices proposés. Ainsi, je peux proposer aux élèves de travailler principalement leurs points faibles. Je m’en sers aussi en remédiation après le devoir surveillé.

Pour les 4èmes, l’utilisation est quasiment la même, mais un peu moins systématique.

En ce qui concerne les 3èmes, je me sers de LaboMEP comme moyen de transmettre des exercices pouvant leur être utiles dans leurs révisions. Ils travaillent donc chez eux, le travail n’est pas obligatoire et ils avancent à leur rythme.

J’utilise peu les ressources des cahiers ou des livres Sésamath dans LaboMEP, je préfère le faire sur papier lors d’exercices en classe en auto-correction.

Je vous remercie pour tout le travail de création de LaboMEP, c’est un outil me permettant de favoriser la différenciation dans mes classes.


Kod Mohammed, Maroc kod_mohammed@hotmail.fr

Je suis un conseiller pédagogique (section mathématique), je profite de cette occasion pour donner mon témoignage

J’utilise en classe LaboMEP pour différencier le niveau des élèves. Je procède a un travail individuel puisqu’on enseigne les maths en arabe au Maroc. je profite de faire travailler les élèves sur deux volets.

- le premier consiste à apprendre à l’élève la traduction de l’exercice (français-arabe)
- ensuite la recherche de la solution.

J’utilise aussi LaboMEP avec mes professeurs stagiaires .

Mes élèves sont très motivés lorsque on travaille sur LaboMEP.


Mehdi Berriche

J’utilise LaboMEP surtout en soutien en 6ème et 5ème, durant 3 heures par semaine (en groupe de 8 à 12 élèves).

Les élèves ont la possibilité de continuer chez eux les séances libres.

Parfois, je différencie le travail en fonction de leurs difficultés.

J’essaie de "coller" aux chapitres étudiés en classe.

Certains parents apprécient que leurs enfants puissent faire des exercices supplémentaires en autonomie.


Pascal DIDIER, Collège Guy Môquet (île de la Réunion) pascal.didier@orange.fr

Depuis la rentrée scolaire 2011-2012, chacun de mes élèves possède un compte sur LaboMEP. Chacune de mes classes se rend une fois par semaine en salle informatique pour effectuer une séance LaboMEP. J’utilise LaboMEP en deux temps :

  • dans un premier temps pour des exercices d’entraînement en travail individuel (car nous avons la chance d’être équipé de 26 ordinateurs récents)
  • puis comme évaluation en reprenant 5 à 7 exercices des séances précédentes, en remplacement de l’évaluation « papier ».

Un travail de révision peut également se faire au CDI du Collège ou sur tout ordinateur équipé d’une connexion Internet durant la semaine, en vue de remédier aux difficultés rencontrées en classe par l’élève.


Franck Morisson, Collège Jean Bertin à St Georges sur Baulche (89) morisson.education@gmail.com

Comment utilisons-nous LaboMEP ?

  • des séquences sont conçues, assez vastes en contenu et les élèves s’en servent pour s’entraîner à la maison
  • quelques séances courtes et différentes en fonction des élèves sont traitées en salle informatique (une à deux fois par trimestre)
  • des élèves ayant des difficultés observées lors des évaluations, doivent faire des séances chez eux ou au CDI, en remédiation

Mme Borghi Frédérique, Collège Jean Brunet, Avignon (84) f.borghi@wanadoo.fr

J’utilise LaboMEP en cours de PPRE (soutien) pour des élèves de 6ème et de 5ème. Parfois les exercices se font en classe, parfois ils doivent les faire à la maison. Les élèves aiment beaucoup ces séances.

Par contre, j’ai également une classe de DAI (élèves primo-arrivants) et je rencontre un problème de compréhension de consignes par mes élèves. J’aurais aimé avoir accès à la modification du texte des consignes des exercices ou animations afin d’adapter le langage à mes élèves.

Sinon un grand bravo pour votre travail.


BMP - 196.9 ko
Ressources disponibles dans LaboMEP

Mme Epplin Gisèle gepplin@ac-aixmarseille.fr

Je suis en poste en Lycée et j’utilise LaboMEP en classe de Seconde, surtout en soutien pour faire travailler les élèves.

Je suis aussi détachée à l’hôpital des enfants et là vous m’êtes d’une grande aide, soit pour donner du travail personnel quand le temps me manque, soit surtout pour travailler avec les enfants en secteur protégé où l’ordinateur est le seul outil possible (aucun contact ni possibilité d’écrire), mes seuls regrets sont que le niveau s’arrête à la Seconde et aussi que je ne sache pas encore exploiter au maximum cet outil. Je ne maitrise pas encore toutes les fonctions, mais je m’y emploie.

Merci d’avoir créé LaboMEP.


Corinne B  corinneb.37@orange.fr

J’utilise surtout le dvd Sésamaths 4ème en vidéoprojection : cela me fait gagner du temps au niveau des corrections. Je viens de visualiser le chapitre pyramide et cône  : j’adore !!!!

Par contre un bémol en ce qui concerne la taille des écritures pour les compléments que je n’arrive pas à grossir.

D’autre part, j’utilisais beaucoup MEP en soutien et en travail autonome, un peu moins avec la nouvelle présentation. Il faut dire que je ne me connecte pas à Internet en classe. Au Collège nous utilisons Sacoche pour le socle commun.
Je n’ai pas de retour des parents. Les élèves semblent parfois un peu passifs comme devant une TV : impression ou réalité ?

Merci pour le travail fourni. J’espère l’étendre aux 3èmes l’an prochain.


Marianne Thoma, EEPU Bisson, Lorient mariannethoma@gmail.com

J’utilise LaboMEP depuis 2 ans avec mes CM2, plutôt sous la forme de travail en autonomie en classe et pour des exercices à faire à la maison.

Pour moi l’intérêt principal, c’est de faire travailler les élèves sur un autre support que le papier (l’un n’empêche pas l’autre) : les CM2 trouvent cela ludique. Ils se connectent quand ils le veulent chez eux, mais finalement assez fréquemment.

Je différencie les exercices en fonction des difficultés de chaque élève et des notions à consolider.

J’ai un bilan précis des difficultés rencontrées par les élèves, ce qui me permet en classe de former des groupes de besoin individualisés par exemple.


Réagir à cet article
Vous souhaitez compléter cet article pour un numéro futur, réagir à son contenu, demander des précisions à l'auteur ou au comité de rédaction...
À lire aussi ici
MathémaTICE est un projet
en collaboration avec
Suivre la vie du site Flux RSS 2.0  |  Espace de rédaction  |  Nous contacter  |  Site réalisé avec: SPIP  |  N° ISSN 2109-9197