| |
Les nouvelles technologies pour l’enseignement des mathématiques
Intégration des TICE dans l’enseignement des mathématiques

MathémaTICE, première revue en ligne destinée à promouvoir les TICE à travers l’enseignement des mathématiques.

Une perspective sur l’éducation bilingue
Expérimentation dans deux universités colombiennes.

L’article décrit les expériences de bilinguisme dans deux universités colombiennes, pour mieux préparer l’entrée dans la vie professionnelle des futurs diplômés. Il s’agit d’intégrer une seconde langue dans le cours même de la formation des étudiants.

Article mis en ligne le 6 avril 2022
dernière modification le 2 juin 2022

par Benjamin Clerc, Mikhail Fomin

Les autorités éducatives gouvernementales et les agences gouvernementales de Colombie ont manifesté leur intérêt pour l’éducation bilingue en raison de la mondialisation. À l’échelle internationale, la langue préférée pour la plupart des résultats de recherche est l’anglais.

Cependant, l’enseignement de l’anglais n’est pas le sujet principal de cet article. Le but de l’éducation bilingue (par exemple, espagnol-anglais) est d’apprendre une deuxième langue (dans le cas de l’anglais en Colombie), et de l’utiliser avec la langue maternelle au cours du développement, en se concentrant sur la langue elle-même et sur le contenu des matières étudiées, qui sont enseignées dans les deux langues. Ainsi, après l’obtention de son diplôme, le jeune spécialiste aura la possibilité de réussir ses activités professionnelles grâce à l’utilisation de l’anglais dans son domaine.

Il est important pour les participants à un programme de bilinguisme que l’université accorde une importance particulière à l’apprentissage d’une seconde langue, dans la mesure où la formation professionnelle utilise de nombreux outils pédagogiques. Si vous avez besoin d’améliorer vos connaissances en anglais, vous pouvez suivre des cours supplémentaires. Alors que dans un programme bilingue, il est important d’utiliser une langue seconde au cours de la formation elle-même.

Quelques exemples d’expériences d’apprentissage bilingue existantes sont discutés ci-dessous.

Bilinguisme dans différents pays.

Compte tenu de l’importance de la langue anglaise, le ministère de l’Éducation Nationale a élaboré le Programme national de bilinguisme 2004-2019, qui définit de nouvelles normes de compétence communicative en anglais. La mondialisation, un accord de libre-échange, l’augmentation du nombre d’entreprises étrangères en Colombie sont quelques-uns des aspects qui soulignent l’importance de connaître une deuxième langue. Le sujet de la langue anglaise est devenu une politique publique pour la première fois. Ce programme visait à élever le niveau des élèves et des étudiants dans les écoles et les universités du pays en élevant les normes établies, en révisant les programmes d’anglais comme langue étrangère et en améliorant les qualifications des enseignants d’anglais. Or, en 2020, on peut affirmer que ce programme national n’a pas conduit aux résultats escomptés, car le niveau d’anglais des étudiants universitaires laisse beaucoup à désirer. Par conséquent, pour le développement du bilinguisme, il est nécessaire de changer la stratégie de sa mise en œuvre.

Différentes institutions à travers le monde mettent en œuvre l’éducation bilingue de différentes manières. Les écoles Starlight et Alliance à Watsonville, Californie, États-Unis en sont un exemple.

Étant donné que les élèves hispaniques de ces écoles représentent 80% du nombre total d’élèves, l’école et les parents, conscients de l’importance du bilinguisme, ont décidé de mettre en œuvre l’enseignement dans les deux langues en même temps, appelant ce projet « immersion bilingue bidirectionnelle » [1] ...

L’idée d’intégration est très importante dans l’enseignement bilingue. Afin d’obtenir une éducation véritablement bilingue, il est nécessaire de changer les normes d’enseignement, dans le but d’assurer une coopération interdisciplinaire plus large. Par exemple, dans les cours de langues étrangères, vous pouvez décrire les expériences réalisées dans le cours de chimie. Ou dans un cours de mathématiques, expliquer un problème amusant dans une langue étrangère. Il n’est pas recommandé d’utiliser uniquement la langue étrangère dans les cours, car si les étudiants ne la parlent pas assez bien, le sujet ne peut pas être entièrement compris. Il est donc conseillé de choisir une explication dans une langue, puis de généraliser dans une autre, ou vice versa.

Le même concept est appliqué en Andalousie, en Espagne, où en 2005 le Plan pour la promotion du plurilinguisme a été ratifié pour environ 400 écoles. Ce Plan a été doté d’un budget de 140 millions d’euros. Francisco Ramos [2] décrit cette expérience. L’idée derrière ce plan était que l’étudiant devrait améliorer la maîtrise d’une seconde langue sans négliger l’utilisation de sa propre langue. Comme définition du bilinguisme, la définition de Siguan et McKee [3] a été retenue, selon laquelle « les programmes bilingues doivent nécessairement être enseignés dans deux langues, dont l’une est maternelle ». Le but de cette expérience était d’améliorer les compétences linguistiques et culturelles de la population andalouse et, selon l’auteur, « la mise en œuvre du Plan a conduit à une meilleure préparation linguistique et académique ».

Reconnaissant l’importance du facteur humain, le Plan a adopté différentes tactiques pour la formation des enseignants, car leur connaissance de la matière et leur maîtrise des deux langues étaient essentielles à un apprentissage bilingue réussi et pour que les élèves reçoivent un enseignement bilingue stimulant pour les aider à progresser à la fois dans la matière étudiée et dans une autre langue.

Cummins souligne qu’une personne bilingue a certains avantages par rapport à une personne qui ne parle qu’une seule langue. Comme les étudiants d’un cours bilingue doivent décoder plus d’informations, ils sont obligés d’utiliser des ressources dans les deux langues. Ainsi, le bilinguisme favorise la créativité et la flexibilité cognitive [4].
Baker note que les élèves bilingues développent davantage de stratégies de communication pour résoudre des problèmes. Un avantage supplémentaire de l’éducation bilingue est l’élargissement de l’horizon culturel et l’attitude positive des élèves envers les autres cultures et langues [5] [6].

Le bilinguisme est un domaine assez vaste, mais l’article traite d’un cas particulier lorsqu’un hispanophone s’immerge dans l’atmosphère de bilinguisme dans l’un des cours de mathématiques universitaires, améliorant sa deuxième langue (l’anglais).

Les objectifs de cet article

L’objectif principal de cet article est de développer les bases d’une méthodologie pour enseigner aux élèves les mathématiques en particulier et les autres sciences en général dans l’enseignement bilingue, quand il serait garanti, tout d’abord, que les étudiants reçoivent les connaissances nécessaires dans leur programme, en amenant en même temps le niveau de la seconde langue à leur aisance dans leur vie professionnelle. Il ne s’agit pas d’un enseignement intensif d’une langue étrangère, mais de son introduction dans le processus d’enseignement. L’apprentissage dans les deux langues permettra aux étudiants de mieux comprendre les concepts scientifiques, car ils doivent être plus attentifs et passer plus de temps à maîtriser le sujet, étant donné la nécessité d’analyser le matériel dans une langue non maternelle.

L’expérience menée en Colombie

Le principal outil de collecte de données reposait sur les observations de l’auteur dans le processus d’enseignement des mathématiques en deux langues pendant huit ans. La première partie de l’expérimentation sur l’introduction du bilinguisme a été réalisée à l’Université Antonio Nariño, dans la ville de Bogotá, pour des étudiants de divers programmes. Les cours se sont déroulés en deux langues : anglais et espagnol.

Au début de l’expérience, les cours étaient dispensés uniquement en anglais, mais le niveau de maîtrise de celui-ci pour l’écrasante majorité des élèves était trop faible, proche de zéro, et leur connaissance des bases des mathématiques n’était pas meilleure. Par conséquent, il s’est avéré impossible de continuer à apprendre de la même manière. L’enseignement a commencé dans les deux langues. C’est-à-dire que chaque phrase prononcée en anglais était répétée en espagnol et vice versa. Les formules écrites au tableau n’étaient prononcées qu’en anglais, de sorte que les
étudiants percevaient à l’oreille et commençaient à répéter des concepts mathématiques de base dans une langue étrangère. A chaque fois, la méthodologie a été ajustée en fonction des besoins du groupe. Les élèves avaient également accès à des manuels dans les deux langues. A la fin de la dernière, troisième leçon, chaque semaine, les étudiants pouvaient participer au mini-séminaire suivant : discuter ensemble des plusieurs questions, certaines théoriques et d’autres pratiques, écrites en anglais. Ils disposaient de 20 à 30 minutes pour comprendre, discuter et répondre. Le professeur était dans la classe, il pouvait donc les aider en mathématiques et en anglais. La première session de la semaine suivante a commencé par répondre à ces questions. Les étudiants devaient répondre à l’une des questions du séminaire en anglais. Ces questions avaient des objectifs différents. Tout d’abord, les étudiants ont eu l’occasion d’approfondir les connaissances acquises au cours de la leçon en répondant à des questions théoriques. Ils ont également appris à conduire des explications mathématiques d’une manière plus cohérente. Enfin, il y a eu une amélioration de leur maîtrise de l’anglais. La participation à ces séminaires était volontaire.

Néanmoins, environ 80% y ont participé avec intérêt. Pour encourager les étudiants à participer aux ateliers, ils ont reçu une note de 10 % de la note complète. Ceux qui n’ont pas participé n’ont pas perdu ces 10 %, mais cette partie de la note a été incluse dans l’examen. Les examens étaient rédigés en anglais, cependant, si les étudiants ne comprenaient pas quelque chose, on leur proposait un texte en espagnol.

En raison du faible niveau de maîtrise de l’anglais, une grande partie des étudiants du groupe expérimental ont rencontré au départ de grandes difficultés. Toutes les informations fournies étaient dupliquées en espagnol, il n’y a pas eu un seul cas où un étudiant qui n’a pas réussi l’examen a parlé de la difficulté du sujet en raison de la langue anglaise.

Trois ans plus tard, l’intérêt pour la conduite du cours bilingue de la part de l’université s’est affaibli et sa poursuite de la mise en œuvre a été jugée inappropriée. Il y a quatre ans, dans une autre université (Université Militaire), la direction du département de mathématiques a exprimé le souhait de dispenser des cours d’analyse différentielle pour les départements d’ingénierie en deux langues. Il a été proposé de créer un groupe d’étudiants du second semestre qui se porteraient volontaires pour étudier l’analyse différentielle en anglais et en espagnol en même temps. Au cours des trois dernières années, 4 cours bilingues d’analyse différentielle ont été dispensés. Ce cours est conçu pour quatre heures par semaine. Pour cette raison, il n’a pas été possible d’organiser les mini-séminaires. Cependant, étant donné la base volontaire de la sélection des étudiants, il semblait qu’il n’y aurait pas de problèmes majeurs avec la langue anglaise.

En général, l’expérience a été satisfaisante, mais le manque de publicité appropriée a été un gros inconvénient. À cet égard, environ 60 à 80 pour cent des étudiants du groupe ne savaient pas que le cours était bilingue, et de nombreux étudiants avec un anglais correct n’étaient pas au courant de l’existence de ce cours. Malgré cela, l’existence du cours s’est avérée possible, puisqu’il a été expliqué aux étudiants que l’enseignement serait dispensé en deux langues, et que la connaissance ou la méconnaissance de l’anglais ne serait en aucun cas prise en compte dans l’évaluation des connaissances. Pas un seul étudiant n’a exprimé d’insatisfaction à la fin du cours, et seulement en moyenne 1 à 2 étudiants sur 20 à 25 ont décidé de quitter le groupe après le premier cours. À la suite de ces leçons, des ajouts importants ont été apportés aux conclusions et recommandations pour la conduite de l’éducation bilingue.

Quelques conclusions

Les résultats montrent que l’enseignement en deux langues a un effet bénéfique dans le processus d’apprentissage. Quel que soit le niveau de maîtrise d’une langue étrangère, la conduite de cours dans deux langues en même temps permet aux étudiants peu préparés dans une langue étrangère de suivre les camarades de classe qui ont une meilleure connaissance de la langue dans la matière à l’étude. L’intérêt des étudiants pour la méthodologie proposée est la clé du succès du programme bilingue. Pour cette raison, il serait plus approprié que le groupe soit recruté sur la base du volontariat. La pratique a montré que les élèves qui ont une meilleure base linguistique sont généralement mieux préparés en mathématiques, comprennent plus facilement la théorie, quelle que soit la langue dans laquelle ils sont enseignés, et ont également de meilleures notes aux examens. La proportion de temps passé par l’enseignant dans les deux langues dépend de la préparation préalable des élèves en anglais. Dans le monde réel de l’Amérique latine, une partie du temps utilisé en espagnol est plus long qu’en anglais, du moins au début. On remarque qu’au fur et à mesure de l’acquisition par les élèves d’une meilleure connaissance de la langue anglaise, l’enseignant peut l’utiliser dans une plus grande proportion.

Recommandations

Les cours bilingues sont généralement couronnés de succès dans le cadre d’un programme bilingue où ils sont dirigés par des instructeurs capables d’expliquer le matériel dans les deux langues. La participation volontaire des étudiants est l’un des points clés du programme bilingue. L’enseignement d’une langue étrangère aux étudiants d’un programme bilingue doit avant tout être lié à leur futur métier. La méthodologie d’enseignement, par conséquent, ne devrait pas être standard. Par exemple, la première année, vous pouvez vous concentrer sur la
comparaison des modèles grammaticaux dans les deux langues. Dans la deuxième, vous pouvez vous concentrer sur la compréhension en lecture, dans le troisième, sur la lecture de littérature spécialisée, etc. Il est recommandé que les élèves aient accès au matériel dans les deux langues.

Après le cinquième ou le sixième semestre, il est conseillé d’inviter les étudiants à des conférences et colloques scientifiques en langue étrangère. La thèse peut être rédigée dans l’une des deux langues, cependant, dès le début de la formation, on explique aux étudiants l’importance d’écrire des articles dans une langue étrangère (dans la plupart des cas l’anglais), afin qu’ils puissent être publiés dans des revues internationales.

Bien que l’objectif principal de l’enseignement universitaire bilingue soit d’introduire une langue étrangère comme outil dans la vie professionnelle future, les étudiants peuvent avoir accès à des clubs de discussion, des ateliers de lecture, des ateliers d’écriture, des ateliers de phonétique et d’autres activités parascolaires. Ainsi, les étudiants intéressés à approfondir leur connaissance d’une langue étrangère pourront le faire sans trop d’effort. La coexistence de plusieurs langues dans différents pays de tous les continents est évidente. La création d’un programme universitaire véritablement bilingue est actuellement une tâche difficile, principalement en raison du petit nombre d’enseignants qui peuvent facilement mettre en œuvre cette idée intéressante. ...

Néanmoins, l’inclusion progressive de ce type de cours dans le cursus universitaire peut stimuler l’intérêt des candidats et favoriser l’émergence de programmes bilingues dans diverses parties du monde.