Mathématice, intégration des Tice dans l'enseignement des mathématiques  
Sommaire > N°14 - Mars 2009 > Corriger les « copies numériques » des élèves en (...)

Corriger les « copies numériques » des élèves en passant par le format PDF
Moteur de recherche
Mis en ligne le 27 mars 2009, par Emmanuel Ostenne

Le logiciel PDF-Xchange Viewer permet de visionner tout document au format PDF de manière indépendante. Rien de palpitant à ce niveau.

En revanche, il permet d’annoter et de réenregistrer le document ainsi modifié !

Cette fonctionnalité ouvre des perspectives pour la correction des travaux d’élèves réalisés sur ordinateur au moyen de divers traitements de textes.

Côté élèves : organisation du travail

En salle informatique, j’organise le travail des élèves de 2 façons (principalement).

- La 1ère se fait à partir d’une fiche papier comportant des consignes et des questions. Cette fiche est complétée au crayon de bois. En général, cette organisation d’adresse aux 6ème. En fin d’heure elle est ramassée, annotée, redistribuée ou directement notée. Même si l’activité informatique fait partie de l’évaluation - durant l’heure et au final - la production (figure dynamique ou feuille de calcul) n’est généralement pas imprimée ou recopiée. Je prévois sur la fiche papier une zone où l’élève doit refaire un schéma (à main levée / aux instruments) ou compléter un tableau (feuille de calcul). Les productions de documents numériques sont contrôlées directement sur le réseau ou après rapatriement (facilité par EchgDoc).


Une des 1<sup>ères</sup> fiches de 6<sup>ème</sup>

Une des 1ères fiches de 6ème


- La 2nde se fait uniquement à partir de documents numériques. Généralement une fiche est proposée sous traitement de textes (déposée dans le dossier de l’élève ou à télécharger) et complétée au fur et à mesure. Cette organisation s’adresse à des élèves déjà un peu plus aguerris avec l’environnement informatique.
Comme la fiche papier, c’est un point de départ qui renvoie généralement à des outils ou d’autres documents en ligne sur le serveur ou sur Internet.

Travailler sous traitement de textes permet d’initier les élèves à l’utilisation de ce genre d’outil bureautique commun : gérer la présentation, utiliser les corrections assistées, mettre en évidence son travail, insérer des documents (images, extrait de tableau, réduire l’encombrement ...) ... Ces choses s’apprennent.
D’autant qu’au moins 1 fois par an, les élèves doivent réaliser un Devoir Maison rendu sous forme numérique (envoyé par mail ou transmis sur clé usb/carte mémoire voire disquette !).

Mais je tombe sur 3 problèmes au moment d’évaluer/rendre le travail évalué.

  • Imprimer d’emblée le document est frustrant.
    Outre que cela demande de dégager du temps en fin de séance pour s’assurer que c’est fait correctement (en 6ème oui, mais en 3ème ...), une sortie sur imprimante laser Noir&Blanc ne met pas en évidence les efforts de présentation et d’utilisation de la couleur pour distinguer des résultats !


Utilisation de la couleur pour compter les effectifs

Utilisation de la couleur pour compter les effectifs


  • Corriger/annoter directement dans le traitement de textes modifie beaucoup le document en question. Il faut aussi trouver une façon de mettre en évidence la « correction » par rapport au travail de l’élève. La fonction de suivi des modifications s’avère inutilisable.


Suivi de modifications activé, les modifications sont localisées par ligne (peu lisible)

Suivi de modifications activé, les modifications sont localisées par ligne (peu lisible)


Certes les dernières versions d’OpenOffice.org permettent d’annoter « dans la marge » mais OOo 3 n’est pas encore installé partout : surprise quand on découvre en salle informatique que ses commentaires sont invisibles sauf à faire des manipulations !


A droite, les annotations avec OOo 3 – Avec OOo 2 on doit visualiser les commentaires 1 par 1

A droite, les annotations avec OOo 3 – Avec OOo 2 on doit visualiser les commentaires 1 par 1


  • Par ailleurs, les élèves n’ont pas tous chez eux un traitement de textes lisant les fichiers OOo. Donc si on rend un fichier numérique corrigé, il faut un autre format, plus passe-partout.




J’ai donc trouvé une solution satisfaisante - pour le moment - en utilisant le format de fichier PDF lisible partout et - de mon côté - le logiciel PDF-Xchange Viewer (PDFXCV dans la suite).

1- En salle informatique, je demande aux élèves d’enregistrer leur travail au format natif du traitement de textes mais aussi de produire un fichier PDF ! Avec OOo, il y a juste un bouton à presser.
Pour le travail à la maison, les élèves n’ont pas tous OOo ou une suite bureautique récente (loin de là !). Il leur suffit alors d’installer le logiciel gratuit PDFCreator pour avoir une imprimante dite PDF qui permet de produire ce fichier PDF (depuis tout logiciel sachant imprimer !). Ainsi j’ai accès à un fichier que je peux lire, ce qui n’était pas le cas avec des documents réalisés avec MS Publisher et autres MS Works !


Un document transmis par un élève : les images, la mise en page sont mal reconnues sur l'ordinateur du professeur
Un document transmis par un élève (page 2/2)

Un document transmis par un élève : les images, la mise en page sont mal reconnues sur l’ordinateur du professeur


2- Je rapatrie les fichiers PDF dans un même dossier (pour éviter de corrompre l’original lors d’une mauvaise manœuvre)
3- Avec PDFXCV, je les ouvre et ajoute mes commentaires/notations tout en ayant accès aux éventuels documents annexes (figures, feuilles de calcul ...) Puis j’écrase le fichier PDF ainsi modifié.
4- Enfin je renvoie les fichiers PDF dans les dossiers de chaque élève en salle informatique, ou, pour les Devoirs Maison, par mail ou sur le support physique transmis. Ils ont donc une trace numérique du travail corrigé.
5- En complément, j’imprime moi-même - ce qui est relativement rapide puisque PDFXCV permet d’ouvrir tous les fichiers en même temps. Je le fait faire aux élèves parfois !
Les élèves ont donc une trace de leur travail et des commentaires à conserver dans leur cahier, trace à laquelle l’élève peut se référer en classe « Â normale » pour exploiter le travail.

Côté professeur : avoir les outils

PDFCreator est un logiciel libre et gratuit téléchargeable un peu partout sur Internet. Je renvoie à la fiche FramaSoft http://www.framasoft.net/article1572.html ou à son site dédié (en anglais) http://www.pdfforge.org/products/pdfcreator .
PDFCreator n’est a priori utile que sous MS Windows et pour des logiciels ne supportant pas nativement l’enregistrement au format PDF. C’est de plus en plus rare mais il faut penser à nos élèves qui n’ont pas tous du matériel et des logiciels récents pour lire un document fait avec un logiciel spécialisé.

PDF-XChange Viewer est un logiciel propriétaire et payant, mais proposé en version gratuite. Il est multilangue et s’installe en français ! Il se télécharge sur la page dédié de son éditeur Tracker Software Products LTD http://www.docu-track.com/downloads/users/

Cette version gratuite n’a que quelques limitations tout à fait supportables, et n’est pas limitée dans le temps !



On retrouve les outils pour lire des fichiers PDF : prévisualisation latérale des pages d’un document, recherche dans le texte, ...

Je m’attarde sur 3 fonctionnalités de modification :

  • Machine à écrire :
    pour écrire ses propres commentaires au clavier, avec ou dans cadre, relié ou non à une flèche de pointage.
  • Outils de dessin :
    évident sauf que l’outil Crayon permet d’annoter, « écrire » directement à la souris. Pas évident ! Mais avec une tablette graphique voire une TNI on peut alors gagner un peu de temps et de spontanéité (notamment pour mettre un décompte de points ... si on n’a pas prévu un emplacement dédié sur le document original)
  • Tampons (ou Timbres) :
    ils permettent de prévoir une batterie d’annotations facilement repérable ou/et qu’on utilise régulièrement.
    - Cette galerie est personnalisable à partir d’un document PDF pour avoir des images vectorielles (déformées mais rendues correctement sans flou ni escaliers). Par exemple j’utilise OOo.dessin (draw) pour créer le PDF contenant un tampon par page.
    Ce système de tampons permet aussi de faire un coller qui est la limitation majeure de PDFXCV dans sa version gratuite [1]. Pour coller une image (par exemple une figure correcte), il suffit de créer un tampon « à partir du presse-papier » puis d’appliquer ce tampon sur le document.


La palette des tampons et sa barre d'édition/création (notamment pas à partir du presse-papier)

La palette des tampons et sa barre d’édition/création (notamment pas à partir du presse-papier)


Enfin le menu Edtion, Importer/Exporter tous les réglages permet de personnaliser l’environnement complet, organisation de l’espace, choix des tampons ... mais aussi identité associée aux modifications. Quand un élève relie le fichier PDF dans un lecteur pur (ne permettant pas la modification) comme Adobe Reader relié à la plupart des navigateurs web, celui-ci indique l’auteur de la modification !


Le lecteur affiche l'auteur de l'annotation

Le lecteur affiche l’auteur de l’annotation

notes

[1il n’y a plus de limitations du copier-coller dans les dernières versions PDFXchange Viewer gratuit (2.04x), contrairement au bémol mis dans l’article

Réagir à cet article
Vous souhaitez compléter cet article pour un numéro futur, réagir à son contenu, demander des précisions à l'auteur ou au comité de rédaction...
À lire aussi ici
MathémaTICE est un projet
en collaboration avec
Suivre la vie du site Flux RSS 2.0  |  Espace de rédaction  |  Nous contacter  |  Site réalisé avec: SPIP  |  N° ISSN 2109-9197