Mathématice, intégration des Tice dans l'enseignement des mathématiques  
Sommaire > N° 6 - Septembre 2007 > Le dossier du numéro > Témoignages... Les TICE au quotidien

Témoignages... Les TICE au quotidien
Moteur de recherche
Mis en ligne le 28 septembre 2007, par Sébastien Hache

Voici ici rassemblées quelques réflexions de professeurs utilisateurs des TICE au quotidien avec leurs élèves. C’est un exercice difficile et il convient de remercier tous ces contributeurs dont l’expérience pourra sans doute servir à d’autres.

Témoignage de Loic Arsicau

Je ne suis professeur que depuis 3 ans et je n’utilise les TICE que depuis deux ans. Globalement , je travaille en salle pupitre avec Netsupportschool et ma séance se déroule en fonction de l’objectif. Soit une activité préparée avec une fiche (surtout utilisé en géométrie dynamique avec tep), en consolidation avec des exercices de construction et des études de cas particuliers ( idem avec Tracenpoche) , des seances "flash" de calculs mentaux avec le module de Mathenpoche ( environ 5 minutes).

Cette utilisation de la salle pupitre permet de rendre mes cours plus vivants en géométrie avec des animations et des études de cas ( on peut modifier la figure en temps réel et voir les modifications). De plus une bonne gestion du réseau permet une aide personnalisée plus facile sur l’écran d’un élève !

De plus, j’utilise un site Web pour aider les élèves : on y trouve devoirs maison, cahier de texte, lien vers un forum (cette année sur ma partie du forum du collège) et une ébauche de mémento mathématiques qui permet aux élèves d’avoir de l’aide sur des constructions basiques (utilisation de Tracenpoche et de Instrumenpoche).

L’intêret des TICE est à la fois d’aider les élèves (pour ma part surtout en géométrie) , mais ils permettent aussi de "récupérer" certains élèves : des élèves arrivent plus facilement à faire les figures et participent plus , ils n’ont pas l’impression de faire des maths !

Les TICE sont une aide à la fois pour le professeur mais aussi pour les élèves, une bonne gestion permet de faire un cours "différent" d’un cours classique sur tableau à craie.

Attention à ne pas faire du 100% numérique , la trace écrite, la recherche sur cahier est très importante : il faut bien maitriser la séance et alterner TICE et autres méthodes.

Témoignage de Coralia Sarrey

Comment vous êtes-vous lancés dans les TICE avec vos élèves ?

- Expérimentation dans une salle de 16 postes (pas encore en réseau en 1997) dans un dédoublement de classe ; une partie restait avec le professeur et une autre venait avec moi (poste de TZR attaché à un college lors de période de non remplacement) ... depuis évolution des conditions et des salles disponibles !

- Travaux principaux en exerciseurs sur Lilimaths avec fiche individuelle de progression et résultats dans les exercices proposés ; une fiche individuelle par élève avec le nombre de points obtenus et transfert de cette fiche au professeur pour étude ; un peu de travail / découverte de Déclic ...

- En club, travail sur Déclic en collège

Avec quelles joies, déceptions, craintes, satisfactions...?

- Surprise : facilité d’adaptation très rapide des enfants que ce soit en collège ou lycée à un logiciel de type exerciseurs ou de type géomérique, Géoplan surtout (en une heure ils découvrent facilement les premières fonctions ; emploi du vidéoprojecteur intéressant (sinon le professeur court partout ;-) )

- Travail en autonomie important, mais présence du professeur intéressante pour explications individuelles plus poussées (AI en seconde par exemple)

- Déceptions/craintes : programmes chargés donc choix d’activités pertinentes pour ne pas perdre de temps en lycée ; par exemple, suite à un devoir à la maison en lycée, un exercice déjà travaillé, a été vu ensuite en module sur Géoplan en demi-classe (module de 2de) pour découvrir le logiciel et ses fonctions.

Que ne referiez-vous pas de la même façon ? ...

- En collège ou en lycée, il me semble important de garder une trace écrite des points obtenus lors d’exercices ; satisfaction de l’élève d’améliorer ses scores, sinon çà reste trop "abstrait" donc je garde le système de fiches de résultats

- Parallèle à faire avec les notes des DS !!! qu’elles sont importantes pour eux les notes ! ;-)


Témoignage de Patricia Stin

C’est avec un réel plaisir et une énorme satisfaction que j’utilise les Tice dans mon enseignement. Depuis le début j’ai utilisé les SMAO pour le soutien mais aussi en classe entière parfois jusqu’à 29 élèves : c’est à dire 2 élèves par poste pour de l’entrainement ou l’introduction de nouvelles notions. J’utilise aussi Cabrigéomètre, les élèves assimilent vite le fonctionnement. Et depuis l’année dernière MATHENPOCHE sur le site de l’académie : une heure par classe par semaine (5 classes).

Je n’ai pas encore de vidéo projecteur dans ma salle de classe.

Au début c’est difficile pour diverses raisons

- Disponibilité des salles informatiques . Les 2 salles pour le lycée et le collège ne sont pas réservées uniquement aux mathématiques

- Salles à usage intensif donc pas toujours en état.....
Problème pour gérer au quotidien le parc des ordinateurs, difficile à résoudre

- Gestion des élèves dans la classe informatique.

- Obligation de prendre des notes pendant la séance.

- création de nouveau document accompagnant le travail à l’ordinateur pour gérer la concentration. Contrôle du travail effectué...

- En cas de bug ou de problème il faut savoir s’adapter tout en contrôlant sa classe. Avoir un travail de remplacement ou prendre un autre logiciel.

- 2 élèves par poste (Je pensais que c’était un handicap mais les élèves préfèrent ! pas tous).

Je pense que tous ces problèmes découragent certains enseignants et c’est compréhensible.

- Problème : il faut gérer le fait que dans une même classe, certains élèves n’aient jamais utilisé ces nouveaux outils .

- Surveillance du matériel :
contrôle en début d’heure et en fin d’heure du matériel. On a parfois des surprises après le passsage d’une classe ( touches du clavier inversées........)

- C’est une épreuve physique ! ( C’est ce que je pense.)

Mais malgré cela , c’est un plaisir pour moi de voir toute cette jeunesse en redemander.

Les élèves parlent de : plaisir, j’aime, très bien, vraiment bien, intéressant.,utile, plaisant, agréable, enrichissant, motivant, bénéfique, ça donne envie, progrès, jeu qui permet de s’améliorer.,à son rythme.....

Rien que pour cela, j’y retourne.

C’est une bouffée d’oxygène des l’enseignement des mathématiques.

Après le premier mois, chacun a ses marques et ça roule assez bien. Et surtout les élèves attendent cette heure.

- Avec un vidéo projecteur, c’est nettement mieux. ça permet d’expliquer , de suivre, de faire faire le travail par un élève en direct...

- Même si un élève par ordinateur, c’est l’idéal, quand ils sont 2, ils peuvent s’aider.

L’année dernière j’ai demandé à mes élèves ce qu’il pensaient de Mathenpoche, je vais essayer d’écrire quelques unes de leurs phrases :
leurs commentaires me font plaisir et m’encouragent à continuer pour eux.

- je vais sur Mathenpoche pour réviser ou même chez moi quand je ne sais pas quoi faire.

- Mes parents ne me croyaient pas au début.

- le professeur peut voir ce qu’on fait et nous corriger et même de chez lui

- l’année prochaine même si mon professeur ne m’enmène pas , j’irai chez moi

- j’aime l’aide .

- C’est beau et fonctionnel : c’est révolutionnaire. C’est impressionnant par sa gratuité et aussi par le nombre d’exercices et d’aides, la variété et l’accès aux autres niveaux.

- nouvelle approche des maths, on est actif

- même ceux qui n’aiment pas les maths sont intrigués et essaient quand même

- on apprend même des choses qu’on n’a pas vues en classe

- je dois dire que j’ai compris plein de choses grâce à mathenpoche que je n’aurais pas comprises avec les exercices du livre.

- ça permet d’avancer à son rythme

- exercices différents à chaque connexion.

- c’est original et simple à utiliser

- ça permet de voir si j’ai bien compris et d’approfondir mes connaissances

- je suis meilleur qu’en début d’année

- j’aime bien instrumenpoche et tracenpoche.

- quand je suis malade je peux faire les devoirs donnés sur mathenpoche

- il en faudrait dans les autres matières

- c’est super

- j’aime bien voir mes scores.

- même mes parents font des fautes !

- c’est plus compréhensible que quand nos parents nous expliquent

- il faudrait ajouter des exercices d’évaluation à la fin des entrainements pour voir ce dont on est capable et mettre une note

- on progresse , on a une meilleure moyenne.

- on peut y aller au CDI, chez nous, en classe

- ça me plait , on s’amuse tout en travaillant.....(??)

- on ne s’ennuie pas. L’heure passe trop vite.

- outil très réussi, pas besoin de télécharger

- mathenpoche me permet d’évoluer dans certaines parties du programme qui avant étaient compliquées pour moi.

- C’est un enseignement nouveau différent de celui en classe.

- ça répond à tous mes problèmes.

- manière différente de travailler

- je l’utilise quand j’ai un doute.

- on se repère bien dans les chapitres.

- on devrait travailler comme cela toutes les heures.

- c’est injuste pour ceux qui ne peuvent pas y aller.

- c’est super quand on est en classe entière.

- on fait plus d’exercices qu’en classe.

- c’est bien pour les devoirs à la maison en ligne.

- il faudrait mettre plus de couleurs

- les prises de notes peuvent nous servir.

- il faudrait y aller systématiquement avant les contôles

- on travaille en se divertissant, ça nous donne envie de travailler

- c’est mieux à 2 par ordinateur, on peut s’aider.

- à 2 on peut partager nos points de vue et mieux comprendre

- c’est mieux en classe qu’à la maison car, en plus de l’aide il y a le professeur qui nous explique.

- je préfére aller sur mathenpoche que de rester sur mes cahiers.

- ça permet d’évaluer son niveau. ç’est très pratique

- il faudrait améliorer certaines aides.

- je ne comprends pas toujours les aides : rien ne vaut mieux qu’un bon professeur

- je reste plus longtemps concentré sur les exercices que je ne comprends pas.

- on peut réfléchir.

- j’ai amélioré mon calcul mental

- c’est facile et difficile en même temps

- c’est mieux que sur un livre.

- ça nous apprend à nous servir aussi de l’informatique.

- en classe ça permet à tous les élèves d’en bénéficier.

- 1 élève par poste ça serait l’idéal.

- bien pour les élèves en difficulté

- on devrait pouvoir y aller à volonté.

- il faudrait y aller tous les jours

- j’espère qu’on continuera à y aller.

Voilà quelques impressions .


Témoignage de Nathalie Gendre

Il y a quelques années apparaissait dans nos programmes de quatrièmes « l’usage du tableur grapheur : pertinence du choix d’un graphique en lien avec la série statistique à représenter « après une formation de deux jours et profitant de la bonne volonté d’un aide éducateur très compétent je me suis alors lancé avec mes élèves . J’ai peaufiné une activité trouvée dans un livre, ajouté une autre , trouvé un créneau sur lequel je pouvais ne prendre que la moitié de la classe ( tout a fort bien marché, les élèves étaient ravis , l’aide éducateur est venu en support technique et tout a bien fonctionné) Après je suis partie explorer le logiciel de géométrie Géoplan et j’ai créé quelques TP, mais plus d’aide éducateur pour remettre le clavier en français ou réparer la souris ou retrouver le fichier non sauvegardé. Sans parler des classes entières avec quelquefois un poste pour 3 élèves .

J’avais vraiment l’impression que ceux qui ne tenaientt pas la souris ne participaient pas assez et je m’énervais de ne pouvoir répondre à toutes les demandes d’aide qui fusaient de partout.

Il faut dire que je suis mariée à un informaticien , que je n’ai jamais reçu de formation longue sur les tices et donc que je ne sais strictement rien sur les outils techniques et leur mode de fonctionnement donc je prévoyais toujours un travail sur fiche à faire pour si cela ne marchait pas !

Et puis j’ai discuté avec des profs de technologie et j’ai découvert mathenpoche, tracenpoche grâce à formateur compétent (Mr Loric )et le manuel sésamath. Du coup j’ai commencé à travailler différemment en salle multimédia : je scinde la classe en deux : une partie travaille sur des fiches et l’autre sur les ordinateurs (1 élève par poste ) je récupère toujours une synthèse de ce qui a été fait . Ainsi chaque élève peut aller à son rythme et si un ou deux ordinateurs ne fonctionnent, pas ce n’est plus un problème car je fais un groupe supplémentaire .

Je ne me sens pas encore à l’aise mais je crois qu’il faut varier les supports pour raccrocher un maximum d’élèves, donc je persiste.

Je crois que s’il y avait quelqu’un qui puisse nous aider à monter un cours avec le TBI par exemple ou encore mieux qui serait disponible pour venir en salle multimédia avec nous pendant les TP, beaucoup de collègues encore hésitants se lanceraient : une idée à creuser.


Témoignage de Christine Dangel

Mon expérience concernant les TICE

Pour moi cela a commencé dans les années 80 avec le plan informatique pour tous , bien modestement il est vrai, avec 6 ordinateurs dans le collège et des logiciels qui n’avaient vraiment rien à voir avec ceux dont on dispose aujourd’hui. Mais tout de même l’engouement des élèves était déjà grand et l’impulsion était donnée pour explorer ce nouvel outil. J’ai alors commencé à demander des stages et petit à petit je m’y suis mise , enrichissant chaque année mes connaissances des nouveautés qui apparaissaient .

Aujourd’hui j’enseigne dans un collège doté d’une salle multimédia de 16 postes sous windows XP et j’utilise essentiellement les séances mathenpoche. Mais comment caser 28 ou 29 élèves devant 16 postes sachant que la disposition de la salle est telle qu’il est impossible de mettre 2 chaises devant un ordinateur ? La motivation des élèves est telle qu’ils acceptent de s’asseoir à 2 sur la même chaise...mais ce n’est quand même pas très satisfaisant, on espère avec les dotations futures récupérer du matériel pour compléter la salle . Pas toujours évident de gérer une classe devant un ordinateur. Ceux qui pensent que lorsqu’on emmène une classe en salle informatique on se repose n’y sont jamais allés : on en sort épuisé... mais content ! Tous les élèves sont actifs et dès qu’ils ne trouvent pas seuls la réponse il faut leur donner le coup de pouce qui va être reçu attentivement ...Chacun travaille à son rythme et il se crée une grande émulaton , à la fin de la séance les "cracks" comparent le nombre d’exercices abordés.

D’autre part, j’ai découvert un vidéoprojecteur tout neuf que personne n’utilisait, quellle aubaine ! J’ai donc équipé ma salle avec un vieil ordinateur et ce vidéo projecteur et je dois dire qu’une activité avec un logiciel de construction géométrique donne vraiment du sens à la notion : c’est tout de même plus parlant que de dire "Imaginez que l’on déplace le point M , que se passerait-il ? "Seule petite restriction, il faut vraiment être très à l’aise avec tout le matériel pour que les problèmes techniques ne masquent pas tout ce qui se dit en classe autour de l’activité. Je me suis rendue compte également que je suis parfois tellement contente de pouvoir leur montrer une animation longuement préparée que je grille un peu les étapes sans leur laisser suffisamment le temps de la recherche, mais ça se corrige....

La nouveauté actuelle, c’est que la quasi totalité des élèves est équipée à la maison de matériel informatique (j’enseigne dans une banlieue favorisée) et que l’on peut même leur donner du travail en ligne et leur demander de faire des exercices relatifs à la leçon en cours (encore merci mathenpoche ! ) Quelle sera la prochaine étape ? Plus de cahiers ?


Réagir à cet article
Vous souhaitez compléter cet article pour un numéro futur, réagir à son contenu, demander des précisions à l'auteur ou au comité de rédaction...
À lire aussi ici
MathémaTICE est un projet
en collaboration avec
Suivre la vie du site Flux RSS 2.0  |  Espace de rédaction  |  Nous contacter  |  Site réalisé avec: SPIP  |  N° ISSN 2109-9197