Mathématice, intégration des Tice dans l'enseignement des mathématiques  
Sommaire > N°68 - Janvier 2020 > Vie privée sur Internet : du renoncement à la (...)
Vie privée sur Internet : du renoncement à la désobéissance ?
Mis en ligne le 9 janvier 2020


"Notre autre numérique est comme un hologramme de nous-mêmes constitué par toutes les traces que nous avons laissées et qui crée un double, plus fiable que notre soi analogique. Nous pensons, imaginons ce que nous sommes. Notre moi numérique est composé de toutes les choses que nous avons regardées, que nous avons lues.

Toute la nouvelle logique qui circule dans cette société d’exposition consiste à trouver une personne numérique la plus proche de la nôtre, pour nous faire des propositions, pour savoir ce que nous voulons. Cette rationalité est entièrement ancrée dans les algorithmes. Ce n’est pas comme cela qu’on tentait de prédire les gens auparavant.

On livre nos données, qui sont une mine d’or, aux sociétés et au gouvernement. Nous sommes dans un système économique qui a radicalement changé. Cela représente la même chose que l’or ou le pétrole jadis. On peut les vendre, les connecter et ainsi tout savoir sur les personnes individuellement et en groupe.

Il y a un fusionnement de la société, de l’économie et de la politique. On voit les grandes sociétés comme Facebook qui sont en train de faire de la politique sur le choix des contenus, sur ce qu’on peut dire ou non, sur la propagande économique. On voit des gouvernements qui font du commerce en participant à la création de métadonnées. En somme, on voit les frontières se briser entièrement.

La rationalité sécuritaire est précisément ce qui nous piège et nous enfonce dans ce monde où nous sommes de plus en plus transparents. Bien sûr, il y a des nécessité et des bénéfices sécuritaires mais ce monde de plus en plus transparent aura des dérives et c’est là qu’il faut travailler. L’information recueillie l’est pour de bonnes raisons mais aussi pour nous transformer et nous surveiller de toutes les manières. "

Bernard Harcourt, Professeur de droit à Columbia University, pour "La Société d’exposition" (Seuil, janvier 2020).

C’est une Grande table des idées sur France Culture, d’une particulière importance.

Accéder à l’émission

Moteur de recherche
MathémaTICE est un projet
en collaboration avec
Suivre la vie du site Flux RSS 2.0  |  Espace de rédaction  |  Nous contacter  |  Site réalisé avec: SPIP  |  N° ISSN 2109-9197