Mathématice, intégration des Tice dans l'enseignement des mathématiques  
Sommaire > N°46 - septembre 2015 > Connectés pour apprendre : les élèves et les (...)
Connectés pour apprendre : les élèves et les nouvelles technologies
Mis en ligne le 15 septembre 2015

C’est une enquête de l’OCDE, qui clôt la séquence PISA 2012.

Elle fera du bruit. Voici quelques faits marquants du rapport, retenus par le Café Pédagogique :

Les pays qui se sont lancés dans une informatisation rapide de l’enseignement obtiennent de mauvais résultats. Pire : globalement, plus un jeune utilise les nouvelles technologies à l’école, moins bons sont ses résultats. Mais il y a des exceptions : des pays savent allier numérique et un bon niveau scolaire. Moralité, le plan numérique ne suffira pas...

La grande leçon de Pisa, c’est que plus un pays utilise les TIC à l’école, moins bons sont ses résultats. Un graphique illustre cela : les résultats diminuent en fonction de la durée de l’utilisation des TIC. C’est vrai au niveau national : le Japon la Corée, Shanghai, ont de très bons résultats alors que les ordinateurs sont absents à l’école. D’une certaine façon c’est aussi le cas de la France. Ca se vérifie aussi à une échelle plus petite : en Italie les établissements qui ont les meilleurs résultats en compétences mathématique ou de lecture dans un environnement numérique sont ceux qui utilisent le moins le numérique...

Pour l’OCDE, l’introduction du numérique ne peut être efficace que si les enseignants sont formés aux usages pédagogiques du numérique. "Les pays qui ont de bons résultats et de fortes pratiques numériques, comme le Danemark ou l’Australie, sont ceux qui ont 5 à 10 ans de pratique derrière eux et qui savent utiliser le numérique". En France, "le numérique doit aider à la professionnalisation des enseignants et à améliorer leurs pratiques".

Selon Pisa, alors que la France compte 20% d’élèves vraiment faibles, il n’y en a plus que 12% aux tests de lecture et maths dans un environnement numérique. Le niveau des jeunes français dans cet environnement est nettement au dessus de leur niveau avec les outils traditionnels. Le numérique permet donc de réduire les inégalités de niveau qui sont le problème majeur du système éducatif français. Le numérique réduit aussi l’écart entre les sexes : le niveau des garçons est supérieur de 16 points en environnement numérique qu’aux tests crayon papier. L’introduction du numérique en éducation vaut la peine. Mais elle doit être pensée, accompagnée et évaluée.

L’article du Café Pédagogique

Les principaux résultats du rapport de l’OCDE : Connectés pour apprendre (44 pages en français)

Le rapport en anglais (204 pages)

Le document en PDF en anglais

Moteur de recherche
MathémaTICE est un projet
en collaboration avec
Suivre la vie du site Flux RSS 2.0  |  Espace de rédaction  |  Nous contacter  |  Site réalisé avec: SPIP  |  N° ISSN 2109-9197