Mathématice, intégration des Tice dans l'enseignement des mathématiques  
Sommaire > N°43 - janvier 2015 > L’inquiétude face au niveau des élèves francophones
L’inquiétude face au niveau des élèves francophones en mathématiques
Mis en ligne le 21 novembre 2014

Même si le lien n’est pas fait avec la dégradation que dénonce Artur Avila, médaille Fields 2014, ( il signale qu’ " en mathématiques, le nombre de postes de chercheur décroît de manière importante"), le vrai sujet qui semble dominer la presse encore ce mois-ci est l’inquiétude face au niveau des élèves francophones en mathématiques.

Cela ne touche pas que la France. Le site communication de l’Université du Québec mentionne une étude récente de membres du Département des sciences économiques qui émet de forts doutes sur le bien-fondé de la réforme scolaire de 2000. Si elle n’a que peu modifié les performances des élèves les plus forts, « les résultats aux tests de mathématiques des élèves des premières cohortes de la réforme scolaire sont environ 5 % plus faibles que ceux obtenus par les élèves des cohortes pré-réforme. » Et les chercheurs de l’UQAM d’ajouter que « la différence est encore plus marquée chez les élèves qui éprouvaient déjà des difficultés en mathématiques avant la réforme scolaire ».

En Belgique, ça ne va pas mieux. « Les mathématiques, gros point faible des élèves francophones » titre La Libre Belgique . Analysant les résultats de la session 2014 du Certificat d’études de base (CEB) et du Certificat d’études du 1er degré (CE1D), le journal mentionne que « sur les 66,9% qui étaient en échec dans une seule matière, 49,4% étaient en difficulté en maths » contre « 16% en français ».

Moteur de recherche
MathémaTICE est un projet
en collaboration avec
Suivre la vie du site Flux RSS 2.0  |  Espace de rédaction  |  Nous contacter  |  Site réalisé avec: SPIP  |  N° ISSN 2109-9197